•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violence sexuelle sur les campus : six universités, dont celle de Sherbrooke, vont dresser un portrait

Université de Sherbrooke

Université de Sherbrooke

Photo : ICI Estrie/Martin Bilodeau

Radio-Canada

Des chercheurs de Sherbrooke participent à une première étude québécoise pour mesurer l'ampleur de la violence sexuelle sur les campus universitaires québécois. 

Les enquêtes qui se sont penchées sur la question sont surtout américaines. Au Canada, le Groupe de travail sur le respect et l'égalité de l'Université d'Ottawa a déjà colligé des données qui révèlent que 16 % des étudiantes et 8 % des étudiants disaient avoir vécu un épisode de violence sexuelle.

Une première 

L'étude actuelle est menée sur les campus de Sherbrooke, des universités du Québec à Montréal, à Chicoutimi, en Outaouais ainsi qu'à l'Université Laval et à l'Université de Montréal.

Les étudiants et tous les membres du personnel sont invités à donner leurs points de vue en remplissant un questionnaire en ligne de façon anonyme sur le site www.essimu.quebec (Nouvelle fenêtre)

La chercheuse et professeure au département de psychoéducation, Geneviève Paquette, participe au projet. 

On a longtemps cru que les populations étudiantes étaient plus protégées de ces phénomènes. Des données récentes nous montrent qu'elles le sont moins qu'on l'aurait pensé.

Geneviève Paquette, chercheuse et professeure au département de psychoéducation 

À l'Université de Sherbrooke, des étudiantes estiment que la recherche sera très utile. 

Anne-Marie Ouellet et Kelly Ouellet confirment que la violence sexuelle existe à l'Université de SherbrookeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anne-Marie Ouellet et Kelly Ouellet confirment que la violence sexuelle existe à l'Université de Sherbrooke

Photo : ICI Estrie

Il y a des cas à l'université. On était là quand ça s'est passé.

Kelly Ouellet, étudiante à l'Université de Sherbrooke 

 Il y a comme une petite mode, c'est important qu'on intervienne. 

Anne-Marie Ouellet, étudiante, Université de Sherbrooke 

Les résultats de cette vaste enquête seront dévoilés le printemps prochain.

Société