•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison à oublier pour les pourvoyeurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade

Ouverture de la pêche à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Photo : Patricia Sauzède-Bilodeau / Radio-Canada

Radio-Canada

La saison 2015-2016 est en train de devenir catastrophique pour les pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, en Mauricie. Même s'il reste une dernière semaine de pêche au poulamon, les pourvoyeurs prévoient déjà enregistrer des pertes de revenus de l'ordre de 2,5 millions de dollars.

Le président de l'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, Steve Massicotte, estime que les revenus de la saison 2016 de pêche aux petits poissons des chenaux seront de 40 % à 50 % moindres que dans les années passées.

Pour écouter l'entrevue de Steve Massicotte à l'émission Chez nous le matincliquez ici.

La météo a été tout un casse-tête pour les pourvoyeurs cette année. La pêche sur la rivière Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, n'a pu commencer que le 14 janvier, soit avec plus de deux semaines de retard.

Plusieurs incidents de camions ou de cabanes de pêches calés dans le fleuve Saint-Laurent auraient aussi effrayé les pêcheurs potentiels, croit Steve Massicotte, qui rappelle que le couvert de glace sur la rivière Sainte-Anne a toujours été sécuritaire depuis l'ouverture de la pêche.

Quand il faut se battre contre toutes ces mauvaises nouvelles-là, on ne peut pas renverser la vapeur. 2016 va être une année à oublier. 

– Le président de l'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, Steve Massicotte.

Il reste une semaine à la saison de pêche au poulamon à Sainte-Anne-de-la-Pérade, qui accueille le Festival de pêche aux petits poissons des chenaux jusqu'au 14 février 2016. L'Association des pourvoyeurs fera le point sur la saison ce printemps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Économie