•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chauffer la rivière pour éviter les inondations

Asma Nur a 19 ans. Elle est au secondaire et espère devenir infirmière. Elle fait du bénévolat auprès des enfants du Boys & Girls Club de McCauley, à Edmonton, afin d'acquérir des aptitudes professionnelles qui, elle l'espère, lui serviront dans sa future carrière.

Radio-Canada
Mis à jour le 

La Ville de Saint-Raymond dans Portneuf prend les grands moyens pour régler les problèmes de débordements de la rivière Sainte-Anne. L'eau de la rivière est réchauffée de quelques degrés pour diminuer l'accumulation de glace.

Le projet, qui se déroule avec l'aide de chercheurs de l'Université Laval, mise sur une stratégie simple : de l'eau tiède est injectée, et un fil chauffant a été installé.

Une méthode qui semble avoir ses effets, puisqu'en deux semaines, le niveau de la rivière a baissé de près de deux mètres, avec un coup de pouce de dame nature.

Le directeur général de la Ville de Saint-Raymond, François Dumont, explique que la municipalité tentait d'obtenir un meilleur écoulement de l'eau. « On a chauffé une chambre de pompage ici tout près de nous et on a aussi injecté de l'eau potable un peu plus bas en aval pour faciliter l'écoulement, créer un chenal au centre-ville. »

La Ville envisage également l'installation d'une chaufferie à la biomasse, dans l'espoir de régler son problème d'inondations. En 2014, les dommages avaient été évalués à 4 millions de dollars.

Un exemple à suivre?

Ces méthodes simples pourraient bien servir dans d'autres municipalités, d'autant plus que les impacts environnementaux seraient presque nuls selon les chercheurs.

« On a un petit ruisseau qui arrive à 5 degrés, ce qui n'est pas vraiment différent de l'affluent du bassin versant. Maintenant, c'est certain que très très localement, on va avoir une petite concentration de poisson qui va venir se réchauffer, se dégeler. On va donc avoir un refuge thermique local », explique Benoît Turcotte, professionnel de recherche au Département de génie civil et de génie des eaux de l'Université Laval.

L'accumulation de frasil et la formation de glaces sont les deux principales causes d'embâcles à Saint-Raymond.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Science