•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fugues dans les Centres jeunesse : Sherbrooke loin de la réalité vécue à Laval

Le Centre jeunesse de l'Estrie
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Centre jeunesse de l'Estrie est loin de vivre ce que vit celui de Laval. Ce dernier est confronté aux gangs de rue qui tentent, par le biais des médias sociaux en autres, de recruter les jeunes filles.

Un texte de René CochauxTwitterCourriel

En Estrie, les jeunes filles qui fuguent vont dans leur famille ou chez des proches, soutient le directeur de la Direction de la Protection de la Jeunesse, Alain Trudel.

« Aucun cas ne m'a été rapporté qu'on est venu recruter à l'intérieur de notre centre d'accueil. »

— Une citation de  Alain Trudel, directeur DPJ Estrie

Écouter l'entrevue de Réjean Blais avec Alain Trudel

Fugues au Centre jeunesse de l'Estrie en 2015

  • 176 fugues par 48 jeunes.
  • 19 filles et 29 garçons.
  • 75 % des fugues sont faites par des jeunes de 15 ans et plus.
  • 70 % des fugues ont une durée de moins de 48 heures.
  • 23 fugues ont duré plus de 72 heures.

M. Trudel rappelle que le point de service Val-du-Lac en Estrie ne se trouve pas en milieu urbain comme celui de Laval. Tout au plus quelquesvéhicules suspects se promenant aux environs du centre ont été rapportés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !