•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de l'accent circonflexe : pourquoi les francophones sont-ils si sensibles?

Dictionnaire

Photo : iStockPhoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le débat sur la réforme de l'orthographe fait périodiquement la manchette. Nouvel épisode cette semaine : la mort annoncée de l'accent circonflexe a enflammé les réseaux sociaux.

Vingt-six ans après l'adoption d'une série de rectifications de l'orthographe par l'Académie française, et au moment où les dictionnaires et autres outils de traitement texte intègrent depuis des années ces nouvelles règles, pourquoi les francophones réagissent-ils ainsi maintenant?

En entrevue vendredi à Gravel le matin, Benoît Melançon, auteur et professeur titulaire au Département des littératures de langue française de l'Université de Montréal, a cette amusante explication.

« Un francophone, c'est d'abord un mammifère affecté d'une hypertrophie de la glande grammaticale, a-t-il lancé à la blague. Les francophones sont hypersensibles et conscients de tout ce qui concerne la langue. »

Plus sérieusement, il explique que ces rectifications, facultatives par ailleurs, prennent du temps à être intégrées dans l'usage courant.

Benoit Melançon, professeur à l’Université de MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Benoit Melançon, professeur à l’Université de Montréal

Photo : ICI Radio-Canada/Louis-André Bertrand

« Les changements orthographiques se font très, très lentement. En Belgique, on a adopté ces rectifications beaucoup plus rapidement qu'en France. Au Québec aussi, on les a adoptées plus rapidement, mais pas massivement. En France, on y résiste très fort. »

Si les éditeurs de manuels scolaires en France n'avaient pas tous adopté ces rectifications, ils le feront à compter de septembre prochain, d'où la polémique de cette semaine.

Au Québec, l'adoption ou non de ces rectifications dans les salles de classe demeure à la discrétion de l'enseignant.

Et l'accent circonflexe dans tout ça?

Anne Fonteneau, chargée d'enseignement et directrice associée au programme de rédaction professionnelle à l'Université Laval, s'étonne encore de cette résistance au changement.

« C'est paradoxal. C'est du "pas-touche" et, en même temps, tout le monde se plaint des caprices et des difficultés de la langue française, a-t-elle expliqué à Midi info. Si l'on prend l'accent circonflexe, [je] demande aux gens la raison pour laquelle on met un accent à tel endroit, et j'entends souvent "c'est joli", "c'est beau". Les gens ne connaissent pas la raison de cet accent circonflexe. Donc, on va garder cet accent dès qu'il y a un risque d'homophonie. »

Orthographe : moins d’accents circonflexes

Les amoureux du sympathique « chapeau » n'ont toutefois pas à monter aux barricades. L'accent circonflexe est loin de disparaître.

« [Par exemple], l'accent circonflexe va disparaître sur "île", comme sur l'île d'Orléans, poursuit Anne Fonteneau. Parce que le mot "île" n'a pas de risques d'être confondu avec un autre terme. »

« Le français étant une langue vivante, elle va toujours bouger et se modifier, évoluer. On est dans une période de transition, où les deux orthographes sont acceptées, et ni l'une ni l'autre ne constitue des erreurs. »

Et, si vous vous posiez encore la question, écrire « des chevals » relève de la légende urbaine.

Avec les informations de Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !