•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

North Bay : une infirmière congédiée pour avoir parlé de violence au travail

Hôpital régional de North Bay

Photo : Radio-Canada/Claude G. Gagnon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs syndicats du milieu de la santé de l'Ontario se mobilisent à la suite du congédiement la semaine dernière de l'infirmière auxiliaire Suzanne McIntyre de l'hôpital régional de North Bay. L'infirmière d'expérience a été relevée de ses fonctions vendredi dernier après avoir discuté dans une table ronde de la violence par des patients.

Le président du Conseil des syndicats d'hôpitaux de l'Ontario, Michael Hurley, trouve la décision de l'hôpital « inacceptable ». 

Il y avait d'autres infirmières à la table ronde, elles n'ont pas été disciplinées par leur hôpital.

Une citation de :Michael Hurley, président, Conseil des syndicats d'hôpitaux de l'Ontario

Il promet des représailles contre l'administration de l'hôpital de North Bay lors d'une journée de manifestation le 11 février. 

Depuis son congédiement, Suzanne McIntyre a été engagée à titre de conférencière sur la violence en milieu hospitalier par le Conseil des syndicats d'hôpitaux de l'Ontario.

L'hôpital de North Bay n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Phénomène prévalent

Selon Michael Hurley, les cas de violence par des patients contre des employés sont quotidiens. L'expert en question de santé et ancien professeur en soins infirmiers au Collège Boréal, Paul-André Gauthier, abonde dans le même sens.

La violence en milieu hospitalier, elle n'est pas que physique. La violence verbale est une réalité de tous les jours. Il faut savoir y mettre un frein rapidement.

Une citation de :Paul-André Gauthier, ancien professeur en soins infirmiers, Collège Boréal

M. Gauthier ajoute que les coupes de postes sont en bonne partie responsables de nombre des cas de violence. Pour sa part, M. Hurley parle « d'un climat de peur » dans les hôpitaux de l'Ontario. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !