•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'exploitation sexuelle des mineurs est présente aussi à Sherbrooke

Image floue de jeunes qui marchent à travers branches.

Sherbrooke pas à l'abri

Photo : ICI Estrie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Sherbrooke n'échappe pas au phénomène de l'exploitation sexuelle sur des mineurs. Le Service de police et le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) le confirment.

Difficile de dresser un portrait en chiffres, mais les policiers admettent que des jeunes leur partagent parfois certains témoignages.

« Il y a des jeunes qui parlent aux policiers parrains des écoles. Ça peut arriver qu'il y ait des jeunes qui se fassent embarquer dans des situations. Avec les médias sociaux, c'est une problématique qu'on a de plus en plus. »

— Une citation de  Philippe Dubois, relationniste, Service de police de Sherbrooke

Depuis quelques semaines, plusieurs cas de jeunes filles portées disparues et qui pourraient avoir été recrutées par des réseaux de prostitution juvéniles ont été rapportées, notamment dans la région de Laval. Une situation qui inquiète plusieurs adolescentes.

« Sur les réseaux sociaux, on le voit quand même souvent et ça m'inquiète pas mal. »

— Une citation de  Une jeune fille de Sherbrooke

Les recruteurs utilisent les réseaux sociaux et se postent sur des terrains près d'écoles secondaires et dans certains lieux publics, explique la présidente du CALACS de l'Estrie, Marie-Michelle Witlock. Ils sont actifs et leurs actions ne sont pas marginales, croit-elle.

« L'industrie du sexe est présente à Sherbrooke. On voit des bars de danseuses, des salons de massages. On a longtemps vu des agences d'escortes. S'il y a une demande, on va trouver des filles pour y répondre. »

— Une citation de  Marie-Michelle Witlock, présidente du CALACS de l'Estrie

Pour éviter de tomber dans un piège, la prévention reste le meilleur moyen. Les intervenants martèlent que les parents et les adultes ont un rôle important à jouer, en préservant des liens de confiance avec les jeunes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !