•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Shell reporte sa décision de construire une usine de GNL à Kitimat

Une représentation du projet de gaz naturel liquéfié LNG Canada à Kitimat en Colombie-Britannique.
Une représentation du projet de gaz naturel liquéfié LNG Canada à Kitimat en Colombie-Britannique. Photo: LNG Canada
Radio-Canada

La multinationale Royal Dutch Shell a repoussé à la fin 2016 sa décision d'investir dans l'énorme projet de gaz naturel liquéfié LNG Canada à Kitimat, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Le directeur général de LNG Canada, Andy Calitz, évoque « la tourmente dans les marchés énergétiques » en soulignant que Shell a toujours prévu de rendre une décision cette année.

L'annonce intervient après une baisse de 44 % des revenus de Royal Dutch Shell au quatrième trimestre 2015. Son directeur général, Ben van Beurden, s'attend à des « réductions supplémentaires en 2016. »

La multinationale participe à 50 % dans le projet LNG Canada. Elle mène un consortium appuyé par PetroChina, Korea Gas et Mitsubishi du Japon.

En janvier, Royal Dutch Shell avait obtenu le feu vert de la commission du pétrole et du gaz naturel de la Colombie-Britannique pour construire LNG Canada dont les coûts atteindraient 40 milliards de dollars.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, assure que l'exploitation du gaz naturel liquéfié (GNL) représente une manne financière pour la province et créerait quelque 100 000 emplois.

Le GNL est l'état liquide du gaz naturel. Pour obtenir ce résultat, il est refroidi à -160 degrés Celsius et devient alors un liquide clair, transparent et inodore. Le GNL peut ensuite être transporté dans des méthaniers vers l'Asie.

Colombie-Britannique et Yukon

Ressources naturelles