•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cookshire-Eaton pourrait profiter de la hausse des taxes à Sherbrooke

L'entrevue intégrale avec Jacques Lemay, candidat à la mairie de Gatineau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La municipalité de Cookshire-Eaton pourrait bien profiter des récentes hausses de taxes à Sherbrooke. Des commerçants et des industriels exaspérés sont tentés d'aller voir ailleurs. 

Un texte de Brigitte MarcouxTwitterCourriel

L'organisme Cookshire-Eaton Innovation a ouvert ses portes le 25 janvier dernier. La prospection porte déjà ses fruits. Au moins trois entreprises de Sherbrooke sont actuellement tentées de déménager.

Anciens locaux de Boiseries ImpérialesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Anciens locaux de Boiseries royales

Photo : ICI Estrie

La municipalité n'a pas hésité à contacter la copropriétaire de Serres St-Elie, Mélanie Grégoire, en constatant sa colère liée à sa hausse de taxe de 35 % à Sherbrooke. La femme d'affaires souhaite construire un complexe de production agricole au coût de 700 000 $. Elle devait le faire à même ses terrains, mais elle lorgne du côté de la ville voisine.

Mélanie Grégoire, co-propriétaire de Serres St-Élie pourrait construire son nouveau complexe agricole à Cookshire-Eaton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mélanie Grégoire, co-propriétaire de Serres St-Élie pourrait construire son nouveau complexe agricole à Cookshire-Eaton.

Photo : ICI Radio-Canada

« On devait  réaliser notre projet sur le boulevard industriel pour une question de logistique, mais si je suis pour payer 25 000 $ de taxes de plus par année. Je n'ai pas le choix de regarder dans une ville voisine. Je dois assurer la rentabilité de mon entreprise et la pérennité des emplois », explique Mme Grégoire qui s'est présentée à la séance du conseil lundi dernier pour dénoncer la situation.

Hausse de taxes 2016

  • Cookshire-Eaton : 1,8 %
  • Sherbrooke : 4,7 %

Le maire de Cookshire-Eaton, Noël Landry, ne cache pas ses intentions. Les prospecteurs ont carrément téléphoné aux entrepreneurs qui ont manifesté leur mécontentement dans les médias. Un agent de développement sera embauché à court terme.

Ça arrive comme ça. S'il y a lieu d'en profiter, vous pouvez être sûrs qu'on va être là.

Une citation de :Noël Landry, maire de Cookshire-Eaton

« Une entreprise spécialisée dans la fabrication alimentaire est prête à investir un million et demi de dollars pour s'installer ici. Le bâtiment laissé vacant par Boiseries Impériales est aussi dans la mire d'une entreprise sherbrookoise qui cherche un endroit pour une expansion rapide sans être obligé de construire », raconte le maire.

Noël Landry, maire de Cookshire-EatonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Noël Landry, maire de Cookshire-Eaton

« On offre des incitatifs sous forme de crédit de taxes pouvant être étalé pendant plusieurs années. Tout dépend du type d'entreprise mais on peut offrir 1000 dollars par emploi créé », explique le Noël Landry.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !