•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier cas de transmission du virus Zika par voie sexuelle aux États-Unis

Des moustiques portant le virus Zika

Des moustiques portant le virus Zika

Photo : Juan Carlos Ulate / Reuters

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le premier cas de transmission du virus Zika aux États-Unis a été annoncé mardi au Texas par les autorités de santé locales, qui ont évoqué une transmission par voie sexuelle et non par une piqûre de moustique.

Le virus, qui serait lié à de graves malformations néonatales sur des milliers de nouveau-nés au Brésil, se propage rapidement sur le continent américain.

L'épidémie constitue une urgence de santé publique de portée mondiale, a déclaré lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a dit craindre qu'il ne se propage aussi en Afrique et en Asie.

On estimait jusqu'ici que le Zika se transmettait par la piqûre de moustique Aedes. La transmission par contact sexuel pourrait être inquiétante.

Les services du comté de Dallas ont dit avoir reçu confirmation de l'infection par les autorités fédérales des Centers for Disease Control and Prevention (CDC).

Les autorités du comté de Dallas ont dit sur Twitter que la personne avait été infectée par un contact sexuel avec quelqu'un qui s'était rendu au Venezuela. La personne infectée dans le comté de Dallas ne s'est pas rendue au Venezuela.

Les services de santé de l'État du Texas se sont montrés un peu plus prudents et ont dit que la « possibilité d'une transmission sexuelle d'une personne infectée à une personne non infectée [était] vraisemblable dans ce cas ».

Le CDC a confirmé les résultats du test au Zika en précisant que les autorités locales enquêtaient sur le mode de transmission.

Bébé brésilien atteint de microcéphalie, né d'une mère infectée par le virus ZikaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bébé brésilien atteint de microcéphalie, né d'une mère infectée par le virus Zika

Photo : PC/AP/Felipe Dana

Sur le continent américain, le Chili a également confirmé mardi ses premiers cas d'infection.

Selon l'OMS, le virus pourrait infecter 4 millions de personnes en Amérique. Au Brésil, pays le plus touché, l'épidémie s'avère plus importante qu'on ne le pensait. Quelque 3700 cas de microcéphalie, dans lesquels les bébés ont des têtes anormalement petites et le cerveau mal développé, pourraient être liés au virus.

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a indiqué que son pays et les États-Unis allaient s'allier pour développer un vaccin aussi vite que possible.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !