•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour faire du film Pour la suite du monde un « événement historique »

<i>Pour la suite du monde</i> de Pierre Perrault et Michel Brault
Pour la suite du monde de Pierre Perrault et Michel Brault Photo: ONF
Radio-Canada

Dans une pétition, l'Observatoire du documentaire demande que le film Pour la suite du monde soit désigné comme « événement historique » par le gouvernement du Québec.

La pétition est une initiative du président de l'Observatoire du documentaire, le cinéaste Hugo Latulippe, qui l'adresse à Hélène David, ministre de la Culture et des Communications du Québec.

Cette forme d'art, telle que pratiquée au Québec, avec ses techniques et ses manières distinctes, est reconnue à travers le monde. Elle constitue l'un des piliers de notre culture nationale. Dans les festivals à l'étranger, nous sommes de fait souvent perçus comme les héritiers de Brault et de Perrault. Il y a quelque chose de tout à fait cohérent dans cette démarche.

 Hugo Latulippe

Le regroupement du cinéma documentaire québécois appelle « à la mobilisation » et vise à recueillir 10 000 signatures d'ici le 27 février. Le nombre de signatures sera annoncé à la soirée de clôture des Rendez-vous du cinéma québécois. Plusieurs personnalités, dont le cinéaste Fernand Dansereau, l'ont signée.

Premier long métrage québécois et canadien projeté au Festival de Cannes (1963), Pour la suite du monde raconte la vie des habitants de l'île aux Coudres, qui pratiquent la traditionnelle chasse aux bélugas, abandonnée dans les années 40.

Pour la suite du monde« Pour la suite du monde » Photo : ONF

Le film de Pierre Perrault et de Michel Brault, qui est décédé en 2013, est souvent considéré comme le plus important de la cinématographie québécoise, aux côtés de Mon oncle Antoine, de Claude Jutra, Les ordres, de Michel Brault, et J.A. Martin, photographe, de Jean Beaudin.

Selon l'Observatoire du documentaire, ce documentaire « a été réalisé dans un moment charnière » de l'histoire québécoise et représente pour le milieu du cinéma « les fondements de notre cinématographie documentaire moderne ».

De plus, Pour la suite du monde « a braqué les projecteurs sur une facette de notre culture – celle des habitants de L'Isle-aux-Coudres, avec leurs coutumes, leurs pratiques et savoir-faire singuliers, dans une langue française riche et imagée –, ce qui a permis aux Québécois de reconnaître la valeur de cette culture qui était la leur », estime l'Observatoire.

Comment un événement devient historique

La Loi sur le patrimoine culturel donne le pouvoir à la ministre de la Culture et des Communications de désigner des personnages, des événements et des lieux historiques.

L'Observatoire du documentaire estime que Pour la suite du monde mérite ce statut grâce à son « caractère fondateur ».

Pour voir cette vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Cinéma

Arts