•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ouverture d'une clinique de méthadone à l'Î.-P.-É. bénéfique à plusieurs égards

Méthadone
Méthadone

Une clinique de méthadone ouverte en 2014 à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, a permis d'éliminer une longue liste d'attente pour des traitements de méthadone, en plus de réduire la criminalité reliée à l'usage d'opioïdes.

« C'est un énorme soulagement pour ceux et celles qui cherchaient un traitement pour leur dépendance aux opioïdes », souligne le Dr Don Ling, directeur provincial du programme de méthadone.

Depuis l'ouverture de la clinique en novembre 2014, le nombre d'insulaires qui ont reçu des traitements de méthadone a plus que doublé.

Selon les données provinciales, plus de 400 clients reçoivent des traitements à cette clinique. Et 220 personnes sont traitées au centre de dépendances de Mt. Hebert, alors que 176 autres sont inscrits à une clinique provinciale à Summerside.

Avant l'ouverture de la clinique de Charlottetown, on évaluait à 300 le nombre de personnes recevant des traitements de méthadone à l'Île-du-Prince-Édouard, selon le Dr Ling. Et il fallait aussi attendre de trois à six mois avant d'obtenir un traitement.

Tout le monde qui s'y connaît en dépendance aux opioïdes sait que si les usagers n'arrivent pas à trouver rapidement de la méthadone, même après une désintoxication, ils vont vite retomber dans leurs habitudes de consommation d'opioïdes [environ 98 % d'entre eux] et c'est très frustrant.

Docteur Don Ling, directeur provincial du programme de méthadone.

Le Dr Ling ajoute que ceux et celles qui sont sérieux dans leur démarche peuvent maintenant obtenir des traitements dans un délai raisonnable, comparativement aux dernières années.

Un grand succès

« Je suis très heureux pour les patients, pour ceux et celles aux prises avec cette maladie, dit-il. Ils ne s'attendaient pas à voir leur vie contrôlée par leur dépendance, mais c'est ce qui leur arrive dans la plupart des cas. Et lorsque vous n'avez pas d'option de traitement, les mauvaises choses arrivent. Maintenant, avec notre capacité à leur venir en aide, ils sont optimistes face à l'avenir et ils savent qu'ils peuvent changer quelque chose de significatif dans leur vie. »

Le caporal Andy Cook de l'unité antidrogue de la GRC dans le comté de Prince admet qu'il y a eu une baisse importante d'arrestations et de saisies reliées aux opioïdes, depuis l'ouverture de la clinique.

« Je pense que c'est un grand succès. Ce que l'on entend dans la rue, c'est que la méthadone a permis de réduire considérablement l'usage d'hydromorphone, d'oxycodone et d'opioïdes. »

Je suis fiable, je me présente au travail

Justin Gotell, 27 ans, a passé les cinq dernières années à tenter de vaincre sa dépendance aux opioïdes.

Il raconte que sa dépendance lui a coûté son emploi, son permis de conduire, lui a causé des ennuis avec la loi, en plus d'entraîner d'importants problèmes de santé.

« Tout cela a escaladé jusqu'à ce que j'aie deux infections bactériennes au coeur, directement liées à mon usage de drogue, lance Justin Gotell. Je me suis retrouvé à l'urgence, mes reins avaient cessé de fonctionner, mon corps était en état de choc. C'était très sérieux. »

Après un séjour de six semaines à l'hôpital. Justin Gotell a été admis au centre provincial de traitement de Mt. Hebert. Il est maintenant patient de la clinique de méthadone de Charlottetown et n'a pas fait usage de drogue depuis le mois de septembre.

Justin Gotell reçoit des traitements de méthadone qui lui permettent de vivre une vie normaleJustin Gotell reçoit des traitements de méthadone qui lui permettent de vivre une vie normale. Photo : CBC

« Juste le fait d'avoir ma méthadone et de savoir que je n'ai pas besoin de me soucier si je vais me réveiller malade... j'ai l'impression que la normalité est de retour dans ma vie », confie-t-il.

« Je suis fiable, je me présente au travail. Je n'ai plus à me sentir misérable, car je sais que je vais me sentir bien. C'est un outil pour aider à se tenir loin de la drogue. Il faut aussi changer de milieu, de gens de votre entourage. Il y a plusieurs choses que l'on doit changer. La méthadone est seulement un outil qui va vous aider à atteindre vos objectifs. »

Justin Gotell a commencé à travailler comme bénévole au Reach Centre de Stratford, qui vient en aide aux personnes dépendantes, et il y travaille maintenant à temps plein, afin de remettre sa vie sur les rails.

« Vous êtes toujours derrière lorsque vous êtes en état de dépendance. Vous avez toujours l'impression que vous avez un tas de choses à rattraper. Mais il faut vraiment prendre la vie une journée à la fois. »

Acadie

Société