•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cela fait moins de 60 ans que les Autochtones peuvent voter

L'Université de Winnipeg a organisé un forum consacré à la problématique du vote autochtone et de la souveraineté lundi.

L'Université de Winnipeg a organisé un forum consacré à la problématique du vote autochtone et de la souveraineté lundi.

Photo : Chris Glover

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que l'on célèbre le 100e anniversaire du droit de vote pour les femmes au Manitoba, il faut cependant savoir que ce dernier n'était pas accordé à tous, puisque les Autochtones n'ont pu voter aux élections fédérales qu'à partir de 1960.

Au Canada, les Autochtones ont eu le droit de voter dès la création de la Confédération, en 1867, sauf qu'ils devaient en échange renoncer à leur statut d'Indien et à leurs droits issus des traités.

« Nous ne sommes pas nés citoyens canadiens parce que nous n'étions pas des citoyens à part entière », considère ainsi Clarence Nepinak, un résident de Winnipeg.

Ce n'est pas une chose avec laquelle nous avons grandi. Nous n'étions pas éduqués à ce niveau.

Une citation de :Barbara Nepinak, une résidente de Winnipeg

Ce n'est qu'en 1960 que le premier ministre canadien John Diefenbaker accorde le droit de vote inconditionnellement aux Premières Nations.

Mais cet acquis n'était pas une fin en soi pour plusieurs d'entre eux. Encore fallait-il qu'ils sachent comment s'en prévaloir.

« Tout d'un coup, ces communautés pouvaient voter, mais ne savaient pas comment faire », se rappelle Barbara Nepinak, une résidente de Winnipeg.

Elle donne à titre d'exemple le fait que sa mère ne savait ni lire ni écrire ou parler anglais, et, par conséquent, elle était incapable de comprendre un bulletin de vote.

Une nouvelle génération citoyenne

Serena Nepinak fait partie de la génération suivante. Pour cette femme de 44 ans, voter revêt une importance particulière.

« C'est devenu soudainement un moyen très puissant de nous rassembler en tant que communauté », explique-t-elle.

Elle en veut pour preuve le fait que son entourage ait mis à profit ce droit lors des dernières élections fédérales.

« Il était impossible d'aller prendre un café ou de passer du temps avec des amies sans que quelqu'un dise "est-ce que tu vas aller voter?" », se souvient-elle.

Ce changement est vu d'un très bon oeil par les personnes de l'âge de Barbara Nepinak, qui mesurent le chemin parcouru. « Les gens exercent leurs droits, ils sont éduqués par rapport à ça », se réjouit cette dernière.

D'après un reportage de Samuel Rancourt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !