•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatoon : le Conseil d'école de l'École canadienne-française veut un nouvel établissement

Anne Leis a lancé un cri du coeur pour la construction d'une nouvelle école fransaskoise à Saskatoon.
Anne Leis a lancé un cri du coeur pour la construction d'une nouvelle école fransaskoise à Saskatoon. Photo: Albert Couillard/Radio-Canada
Radio-Canada

Le Conseil d'école et Association des parents de l'École canadienne-française de Saskatoon a demandé une nouvelle école, idéalement primaire, lors de la séance du Conseil scolaire fransaskois.

Les deux pavillons de l'établissement font face à un criant manque d'espace.

Au cours d'une présentation, Anne Leis, qui s'exprimait au nom du Conseil d'école et de l'Association des parents de l'École canadienne-française, a souligné que les moindres recoins étaient utilisés autant au pavillon élémentaire qu'au Pavillon Gustave-Dubois de l'École canadienne-française. Elle a donné à titre d'exemple le local des enseignants du Pavillon Gustave-Dubois, qui sera transformé en salle de classe dès l'an prochain.

Les directions prêtent leurs bureaux pour le personnel spécialisé. Les professeurs, on les pousse dans un petit coin pour manger et dîner et puis pour leur temps de préparation. Ça non. À un moment donné, assez c'est assez.

Anne Leis, membre du Conseil d'école

Selon les chiffres qu'elle a présentés, le nombre d'élèves à l'école primaire devrait passer à plus de 450 d'ici cinq ans, tandis que l'école secondaire pourrait compter près de 200 élèves en 2020-2021. Or, l'école a été conçue pour un maximum de 150 élèves.

Mise en place d'une action concertée

Les parents demandent la mise en place d'une action concertée entre le CSF, les parents, mais aussi la communauté pour la construction d'une nouvelle école à Saskatoon.

« Le but vraiment, c'est de dire asseyons-nous ensemble, créons un comité de discussion pour établir une stratégie commune pour aller chercher ces espaces et pas dans six ou sept ans, mais le plus vite possible », explique Anne Leis.

Le coordonnateur des communications au Conseil des écoles fransaskoises, Claude-Jean Harel, affirme que les élus sont conscients des problèmes d'infrastructures, autant à Saskatoon qu'à Regina.

La réception a été très favorable. Maintenant, ces présentations-là seront analysées revues et évidemment le conseil fera valoir les points qui ont été abordés par les parents auprès du ministère de l'Éducation.

Claude-Jean Harel, coordonnateur des communications au Conseil des écoles fransaskoises

Claude-Jean Harel n'a par contre pas pu préciser à quel moment le CSF pourra s'asseoir à la table avec le conseil d'école.

Saskatchewan

Société