•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins 50 policiers suspendus avec salaire en Ontario

Le policier de Toronto James Forcillo à la sortie du palais de justice, après avoir été reconnu coupable.

Le policier de Toronto James Forcillo à la sortie du palais de justice, après avoir été reconnu coupable.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Le policier de Toronto James Forcillo qui a abattu Sammy Yatim en 2013 continue à toucher son salaire, même après avoir été reconnu coupable de tentative de meurtre, lundi.

Même situation pour les quatre agents torontois accusés, jeudi, de parjure et d'entrave à la justice. « En vertu de la Loi sur les services policiers, je n'ai pas le choix », a expliqué le chef de police de Toronto, Mark Saunders.

En fait, 14 policiers de Toronto sont actuellement suspendus avec solde.

À l'échelle provinciale, au moins 36 autres agents sont dans la même situation :

  • 29 agents de la Police provinciale, dont trois vétérans accusés de vol et de trafic de drogue dans la région de Brockville
  • 6 policiers d'Ottawa
  • 1 agent à Windsor

Selon la loi en Ontario, un policier suspendu cesse d'être payé uniquement s'il est condamné à une peine de prison. L'Ontario est la seule province canadienne à avoir une telle politique.

4,5 millions de dollars

Les policiers gagnent en moyenne 90 000 $ par année. Ainsi, la facture liée aux salaires des 50 policiers actuellement suspendus en Ontario s'élève approximativement à 4,5 millions de dollars.

La directrice pour l'Ontario de la Fédération canadienne des contribuables, Christine Van Geyn, pense qu'il est temps que l'Ontario suive l'exemple des autres provinces.

Dans les autres provinces, la possibilité de suspendre un agent sans solde, lorsqu'il est accusé d'un acte criminel, est laissée à la discrétion des chefs de police. 

Christine Van Geyn, Fédération canadienne des contribuables

La première ministre Kathleen Wynne a indiqué dans le passé que son gouvernement envisageait de modifier la loi.

Les chefs de police d'un peu partout en Ontario réclament un tel changement depuis des années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Justice et faits divers