•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SCRS doit s'efforcer d'éviter les fuites, conclut le Comité de surveillance

Le siège du SCRS à Ottawa.

Le siège du SCRS à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

La Presse canadienne

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) doit s'efforcer d'éviter les fuites, conclut le Comité de surveillance

Le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité soutient dans son rapport annuel que le service d'espionnage canadien doit redoubler d'efforts pour s'assurer que des documents secrets soient perdus, subtilisés ou dévoilés par ses propres employés.

L'agence indépendante qui surveille le SCRS déplore que pour faire face aux « menaces à l'interne », l'agence présente des lacunes au chapitre de la formation des agents, des procédures d'enquête et des pratiques de gestion de documents.

Dans son rapport annuel déposé jeudi aux Communes, le comité de surveillance du SCRS indique que de telles menaces à l'interne sont de plus en plus préoccupantes, lorsqu'on songe aux fuites orchestrées récemment par des employés des services de renseignement aux États-Unis et au Canada.

Le comité déplore ainsi « une formation insuffisante, des lacunes en matière de politique et de procédures, ainsi qu'un manque de rétroaction au niveau des gestionnaires pour les employés qui conduisent des enquêtes internes ».

Il conclut aussi que la politique et les procédures régissant les enquêtes internes semblent « opaques » et ne sont pas appliquées « de façon systématique ».

Enfin, on déplore que le SCRS ne tienne pas de dossier précis sur le processus décisionnel en matière d'enquêtes internes.

Société