•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois Canadiens infectés par le virus Zika

Espèce de moustique pouvant transmettre le virus zika.

Espèce de moustique pouvant transmettre le virus zika.

Photo : Getty Images / Mario Tama

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux Britanno-Colombiens et un Albertain ont été contaminés par le virus Zika qui se propage par piqûre de moustique de façon inquiétante et fait de plus en plus parler de lui ces derniers mois. La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, précise que le virus n'a pas été contracté en sol canadien.

En Colombie-Britannique, il s'agit de voyageurs s'étant rendus au Salvador et en Colombie, selon le centre de contrôle des maladies de la province. Le quotidien The Province a appris que les deux personnes se portaient bien et n'étaient pas enceintes.

Encore à l'étude par des chercheurs du monde entier, le virus semble faire des ravages sur les bébés in utéro lorsque le virus est contracté par la mère. De graves malformations neurologiques peuvent être constatées à la naissance, dont la microcéphalie, qui se caractérise par un cerveau et une boîte crânienne beaucoup plus petits que la normale.

« Une personne sur quatre infectée par le virus Zika [en] présentera les symptômes. Ils comprennent de la fièvre, des douleurs articulaires, des rougeurs des yeux, des éruptions cutanées, mais aussi des douleurs musculaires, de la faiblesse physique, un manque d'énergie et des maux de tête. »

— Une citation de  Agence de la santé publique du Canada

Concernant le troisième cas, en Alberta, le virus a également été contracté à l'étranger, mais le pays en question reste incertain ainsi que l'état de santé du malade, indique le ministère de la Santé provincial, qui ajoute que ce cas ne présente aucun risque pour la santé publique.

Ce n'est pas la première fois qu'un Albertain contracte le virus Zika. En 2013, une femme qui s'était rendue en Thaïlande était revenue infectée au Canada. Il s'agirait du premier cas répertorié de malade du Zika au pays.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que l'épidémie du virus Zika pourrait affecter entre trois et quatre millions de personnes sur le continent américain. La directrice générale Margaret Chan a déclaré que le virus se propageait de « manière explosive » et que « le niveau d'alerte est extrêmement élevé ».

La brésilienne Solange Ferreira, une femme infectée par le virus Zika, a donné naissance à Jose, atteint de microcéphalie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La brésilienne Solange Ferreira, une femme infectée par le virus Zika, a donné naissance à Jose, atteint de microcéphalie.

Photo : PC/AP/Felipe Dana

Au Canada, peu de risques de transmission

Au Canada, les craintes restent minimes. « Nous n'avons pas le bon moustique, le bon vecteur pour transmettre ces infections-là. [...] Il fait trop froid, notre climat ne permet pas la survie de ces moustiques. Pour l'instant, le risque de transmission de personne à personne est quasiment inexistant », assure Caroline Quach, microbiologiste et infectiologue pédiatrique à l'hôpital de Montréal pour enfants.

La spécialiste ajoute que « l'infection - même si on l'attrape - va demeurer bénigne ». Et Mme Quach de poursuivre : « si l'on est en bonne santé, avec un bon système immunitaire et pas enceinte, on peut voyager dans les pays à risque. Il est conseillé de porter des pantalons longs, des manches longues et d'utiliser du répulsif à insecte ».

Pour les femmes enceintes, Caroline Quach conseille de consulter son médecin avant tout voyage dans les régions endémiques qui ne peut pas être reporté.

L'Agence de la santé publique du Canada ne recommande pas, pour le moment, de restrictions sur les voyages. Des conseils de santé aux voyageurs (Nouvelle fenêtre) ont toutefois été publiés. « Nous allons continuer de surveiller très étroitement cette situation et aviserons les Canadiens suivant le cas », indique-t-on.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !