•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Couillard se renouvelle

Le reportage de Martine Biron

Après presque deux ans au pouvoir, le gouvernement libéral de Philippe Couillard fait peau neuve grâce à un premier remaniement ministériel d'envergure, dont les détails ont été dévoilés jeudi au Salon rouge de l'Assemblée nationale.

Le nouveau Conseil des ministres, qui doit donner un « nouvel élan vers la prospérité » du Québec, selon les termes utilisés par Philippe Couillard, comprend 28 ministres, soit 2 de plus qu'auparavant.

Plusieurs ténors du gouvernement, dont Pierre Moreau, Martin Coiteux et Sam Hamad, changent de fonction, tandis que quatre nouvelles recrues, Dominique Anglade, Sébastien Proulx, Rita de Santis et Luc Fortin, viennent injecter du sang neuf au Conseil des ministres.

Robert Poëti et Jean-Denis Girard redeviennent de simples députés.

François Blais cède sa place au ministère de l'Éducation à Pierre Moreau, qui délaissera donc son poste de ministre des Affaires municipales et celui de ministre de la Sécurité publique, dont il a hérité après le départ en congé de maladie de Lise Thériault.

M. Moreau, qui s'est fait remarquer pour avoir piloté la réforme des régimes de retraite dans le secteur municipal et pour avoir conclu un nouveau pacte fiscal avec les municipalités, n'était cependant pas présent pour la cérémonie, en raison d'un malaise. Il va bien, a-t-on fait savoir, et a été assermenté au préalable.

Les fonctions qu'il occupait sont confiées à Martin Coiteux, qui quitte ainsi le Conseil du Trésor, où il a été sous les feux de la rampe lors des difficiles négociations avec les quelque 500 000 employés du secteur public et parapublic. M. Coiteux sera aussi responsable de la région de Montréal. 

Sam Hamad devient le nouveau président du Conseil du Trésor. Les fonctions qu'il occupait au Travail ont été attribuées à Dominique Vien, qui était ministre du Tourisme.

M. Blais retrouve quant à lui son poste de ministre de l'Emploi, qu'il avait quitté il y a moins d'un an pour remplacer Yves Bolduc à l'Éducation. Le ministre Blais, qui est déçu selon nos informations, vient tout juste de présenter un projet de réforme des commissions scolaires qui soulève la controverse.

Pour consulter ce graphique sur la répartition hommes-femmes sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Par ailleurs, la nouvelle recrue libérale Dominique Anglade fait son entrée au Conseil des ministres à titre de ministre de l'Économie, des Sciences et de l'Innovation. Elle déloge du coup Jacques Daoust, qui a essuyé les tirs croisés de l'opposition après avoir injecté 1 milliard de dollars américains dans la C Series de Bombardier. M. Daoust a été nommé ministre des Transports.

Robert Poëti, qui occupait cette dernière fonction et celle de ministre responsable de la région de Montréal, redevient simple député. Il en va de même pour Jean-Denis Girard, qui était ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional.

Les fonctions qu'occupait M. Girard sont confiées à Lise Thériault, qui effectue un retour au Conseil des ministres, après un congé de maladie de plusieurs semaines. Mme Thériault hérite aussi de la Condition féminine, et conserve ses fonctions de vice-première ministre. Elle a été ovationnée par ses collègues avant d'être assermentée.

Sébastien Proulx, élu à la faveur d'une partielle dans Québec l'an dernier, se voit confier le ministère de la Famille, que dirigeait Francine Charbonneau. Cette dernière conserve un siège au Conseil des ministres, comme ministre responsable des Aînés.

M. Proulx est un ancien député de l'Action démocratique du Québec, tandis que Dominique Anglade a déjà été présidente de la Coalition avenir Québec.

Deux autres recrues font leur entrée dans l'équipe ministérielle, soit Rita de Santis, ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des Institutions démocratiques, et Luc Fortin, ministre délégué au Sport et au Loisir.

Pour consulter ce graphique sur l'âge des ministres sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Julie Boulet, qui était retournée sur les banquettes arrière avant d'être appelée à comparaître devant la commission Charbonneau, effectue un retour au Conseil des ministres, en devenant ministre du Tourisme. Elle sera aussi ministre responsable de la Mauricie, une fonction qu'occupait M. Girard.

Une douzaine de ministres conservent leurs fonctions, dont Gaétan Barrette, à la Santé et aux Services sociaux, Carlos Leitao, aux Finances, Stéphanie Vallée, à la Justice, Kathleen Weil, à l'Immigration, David Heurtel, à l'Environnement, et Hélène David, à la Culture.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, était pratiquement inamovible, dans la mesure où la réforme du système de santé, qui a déjà donné lieu aux projets de loi 10 et 20, reste inachevée. Il en va de même pour Carlos Leitao, qui doit déposer un budget dans les prochaines semaines.

Un nouvel élan pour le Québec, dit Couillard

Interrogé par les journalistes après la cérémonie, le premier ministre Couillard a dit que ce nouveau Conseil des ministres permettra de donner un nouvel élan à son gouvernement. « L'économie va demeurer notre premier dossier, avec l'éducation », a-t-il précisé.

La rigueur, elle va toujours être là. [...] On va toujours chercher à dépenser moins que ce qu'on gagne. C'est l'erreur que le Québec a fait au fil des années, de trop souvent [...] dépenser plus que les prévisions les plus optimistes de revenus. Ça, c'est la recette pour le déficit chronique et l'endettement.

Philippe Couillard

« L'assainissement des finances publiques était indispensable pour donner les libertés d'action, que maintenant on a retrouvées. Il est temps de passer à un nouvel élan maintenant, une nouvelle phase de notre gouvernement, a-t-il fait valoir. 

Selon lui, la nouvelle équipe ministérielle lui permet d'atteindre des objectifs qu'il s'était fixé, en faisant une meilleure place aux femmes, aux jeunes et en offrant une meilleure répartition des responsabilités régionales.

Le premier ministre a aussi dit vouloir envoyer le message que « tout n'est pas chiffré, tout n'est pas dans un PIB » et qu'il importe d'en « prendre conscience ». Il a évoqué dans un même souffle la créativité des Québécois, leurs inventions et la beauté des paysages.

Philippe Couillard a convenu qu'un remaniement ministériel n'est « jamais un exercice facile », puisqu'il donne lieu à des moments « exaltants, mais difficiles, douloureux également, et même injustes » dans certains cas.

Le premier ministre a défendu « le travail de qualité » accompli par MM. Girard et Poëti. Ce dernier, a-t-il précisé, a été victimes des« conséquences presque mathématiques de représentations régionales ». M. Couillard espère « que la poussière tombe » pour lui et qu'il continue de travailler avec le gouvernement.

Il n'a par ailleurs pas exclu de procéder à d'autres changements d'ici la fin de son mandat, en 2018.

Quelles circonscriptions sont représentées par un ministre?

Carte des circonscriptions représentées ou non par des ministres.Carte des circonscriptions représentées ou non par des ministres. Photo : Radio-Canada / Carto

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

Pour suivre nos journalistes sur votre mobile, cliquez ici.

Politique