•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malartic : Le Comité des citoyens de la zone sud rompt les liens avec la minière

Une résidence de la zone sud de la voie ferrée, à Malartic
Une résidence de la zone sud de la voie ferrée, à Malartic Photo: ICI Radio-Canada / Angie Landry

Le Comité de citoyens de la zone sud de la voie ferrée de Malartic se retire du nouveau Comité de travail sur la cohabitation entre la mine Canadian Malartic et ses citoyens : ses membres sont insatisfaits des trois rencontres tenues jusqu'à présent à la table de discussion. Le comité ne souhaite plus discuter tant que Canadian Malartic ne donnera pas de réponse aux demandes d'acquisition, de compensation ou d'accommodement des citoyens.

Avec les informations d'Angie LandryTwitterCourriel

Le porte-parole du Comité des citoyens de la zone sud de la voie ferrée, Louis Trottier, est catégorique : c'est l'intransigeance de la mine Canadian Malartic envers les citoyens touchés qui a poussé le comité de citoyens de la zone sud à quitter le Comité de travail. Il affirme ne pas avoir obtenu de réponse aux demandes d'acquisition et de compensation des citoyens.

« C'est dans la deuxième rencontre qu'on avait demandé à M. [Serge] Blais s'il était d'accord pour un budget [d'acquisition et de compensation]. C'est là qu'il a dit que l'acquisition allait être en dernier recours, explique le citoyen Louuis Trottier. On est prêts à rembarquer [pourvu] que les réponses [aux demandes] soient positives, sinon il y aura d'autres moyens de pression. »

Le porte-parole du Comité des citoyens de la zone sud de la voie ferrée, Louis TrottierLe porte-parole du Comité des citoyens de la zone sud de la voie ferrée, Louis Trottier Photo : ICI Radio-Canada / Angie Landry

Le maire déçu

Le maire de Malartic, Martin Ferron, estime que ce comité aurait tout avantage à continuer les discussions.

« Il l'ont tellement demandé [cet accès au comité de travail, et], d'avoir un travail qui se fasse, explique-t-il. Là, il est sur la table, on n'a même pas commencé à travailler, on entrait dans le vif du sujet [et] ils se retirent. Alors là, j'ai été très déçu de voir ça. »

Le comité de travail de la minière continuera à plancher sur l'élaboration du guide de résolution et de cohabitation citoyenne avec la municipalité et le Comité de suivi Canadian Malartic.

La minière Canadian Malartic et le comité de suivi ne veulent pas commenter la situation.

La fosse de la mine Canadian MalarticLa fosse de la mine Canadian Malartic Photo : ICI Radio-Canada / Angie Landry

Abitibi–Témiscamingue

Métaux et minerais