•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Goforth : un expert en médecine légale à la barre

Tammy et Kevin Goforth sont accusés du meurtre au second degré d'une fillette sous leur protection.

Tammy et Kevin Goforth sont accusés du meurtre au second degré d'une fillette sous leur protection.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Les jurés ont entendu le témoignage du Dr Shawn Ladham qui a mené l'autopsie sur la fillette de quatre ans qui était sous la garde de Kevin et Tammy Goforth. Le couple est accusé du meurtre non prémédité de la jeune enfant et d'avoir infligé des lésions corporelles à sa sœur de deux ans qui était également sous leur responsabilité.

Lors du huitième jour du procès, l'expert en médecine légale a confirmé que la fillette est décédée d'une commotion cérébrale après un arrêt cardiaque sous l'effet de malnutrition et de déshydratation. Le Dr Ladham effectue des autopsies dans tous les cas de morts jugées « suspectes » en Saskatchewan.

Il a par ailleurs précisé aux jurés que certaines des marques retrouvées sur le corps de la victime lors de l'autopsie ont été causées par une pression sur la peau. Ce genre de marques peut être retrouvé chez une personne qui a été attachée, selon lui.

Dans un historique de la santé de la victime, il a indiqué qu'elle a perdu le quart de son poids entre deux à quatre ans.

Un neveu à la barre des témoins

Mardi, le jury a entendu le neveu de Tammy Goforth qui a effectué deux visites chez les Goforth en 2012. Au cours de plusieurs déclarations choquantes, il a expliqué que les fillettes étaient parfois enfermées dans leur chambre et a confié qu'il ne les a jamais vu manger.

Le jeune homme note qu'il a constaté des excréments dans le sous-sol des Goforth lors d'une de ses visites. Lorsqu'il a informé Tammy Goforth, cette dernière aurait littéralement applaudi, dit-il. Il a ensuite témoigné que Mme Goforth a attaché la fillette de quatre ans à un mur avec du ruban adhésif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Justice et faits divers