•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réforme de l'aide sociale va créer plus de pauvreté, accuse l'opposition

Le compte rendu de Nicolas Vigneault
Radio-Canada

EN DIRECT - Le Parti québécois et Québec solidaire, de même que divers organismes communautaires, ont profité du début de la commission parlementaire sur le projet de loi 70 pour marteler leur opposition à la réforme de l'aide sociale proposée par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Sam Hamad.

Entourés de plusieurs intervenants du milieu communautaire qui oeuvrent auprès des sans-emploi, le député Dave Turcotte, du Parti québécois, et la députée Françoise David, de Québec solidaire, ont dénoncé l'esprit du projet de loi, qu'ils perçoivent comme une attaque contre la dignité des plus pauvres.

« Ce gouvernement prend des préjugés et en fait des lois », a déploré M. Turcotte, en précisant qu'il n'y avait jamais eu si peu de bénéficiaires de l'aide sociale en 40 ans.

« C'est un projet de loi qui va créer plus de pauvreté, qui s'attaque aux plus démunis de notre société – aux pauvres – et qui ne s'attaque malheureusement pas aux préjugés », a-t-il poursuivi.

Projet de loi 70

Le ministre Hamad souhaite « briser le cercle vicieux de la pauvreté » avec sa réforme de l'aide sociale, une réforme engagée par le ministre de l'Éducation, François Blais, qui occupait le poste auparavant. Le projet de loi veut inciter les nouveaux demandeurs d'aide sociale n'ayant aucune contrainte à l'emploi à intégrer le marché du travail.

Ces nouveaux demandeurs devront s'inscrire à une démarche de recherche d'emploi sous peine de voir leur chèque de 623 $ par mois coupé de moitié.

Le gouvernement souligne que, chaque année, quelque 17 000 Québécois sans contrainte à l'emploi présentent une demande d'aide sociale et que dans la majorité des cas ces personnes sont âgées de moins de 29 ans.

Le gouvernement prévoit ainsi économiser jusqu'à 50 millions de dollars par année.

Mme David, qui promet de « combattre bec et ongles » le projet de loi, estime qu'il s'agit d'une atteinte à la dignité des bénéficiaires de l'aide sociale.

On ne coupe pas un chèque qui permet à peine – à peine – de survivre.

Françoise David

Tous s'entendent également pour dénoncer l'inefficacité d'une telle mesure. « Ça va faire 30 ans que je me bats contre des réformes de l'aide sociale, déplore Mme David. Chaque fois, ces réformes sont des échecs et aboutissent des coupes à l'aide sociale. »

Mme David – tout comme plusieurs intervenants communautaires – soutient que les gens présentent des demandes d'aide sociale parce qu'ils vivent d'importantes difficultés personnelles. Ils sont ainsi peu disposés à intégrer le marché du travail. « Ce n'est pas parce qu'on coupe leur chèque qu'ils vont réintégrer le marché du travail », a-t-elle déploré.

Les députés Dave Turcotte et Françoises David, respectivement du PQ et de QS, ont dénoncé la réforme de l'aide sociale ce matin à l'Assemblée nationale.Les députés Dave Turcotte et Françoises David, respectivement du PQ et de QS, ont dénoncé la réforme de l'aide sociale ce matin à l'Assemblée nationale. Photo : Radio-Canada

Les milieux communautaires soulignent que les emplois proposés aux assistés sociaux sont souvent mal rémunérés, précaires et aux horaires atypiques. Ils privilégient des mesures volontaires qui consistent à bonifier le chèque des personnes qui s'inscrivent à des programmes de recherche d'emploi.

Le ministre Hamad soutient toutefois que ces mesures s'avèrent inefficaces.

En marge des consultations publiques, quelques centaines de manifestants du Québec se sont réunis ce midi sur la colline Parlementaire pour faire entendre leur opposition à la réforme sur l'aide sociale.

Les manifestants, qui ont répondu à l'appel de la Coalition objectif dignité, sont partis du parc Jeanne-D'arc un peu avant midi pour se diriger vers l'Assemblée nationale.

Une obligation à l'effort

Le ministre Hamad a défendu son projet de réforme en invoquant que les prestataires de l'aide sociale devaient « faire un effort » pour se trouver un emploi ou en « subir les conséquences ».

M. Hamad souligne que bien que des milliers d'emplois sont disponibles, 12 000 jeunes font une première demande d'aide sociale chaque année et que, de ce nombre, 6200 sont issus de familles de prestataires de l'aide sociale. Il précise que ces 12 000 jeunes sont aptes à l'emploi, n'ont aucun problème de toxicomanie ou de santé mentale et ne sont pas des mères monoparentales.

« La société, le monde me dit sur le terrain: est-ce qu'on peut les laisser tomber?, avance M. Hamad [...] Quand la société investit et qu'on demande un effort à quelqu'un, la personne doit faire l'effort à sa mesure, et si la personne décide elle-même de ne pas faire l'effort, ce n'est pas la société qui décide de couper [ses prestations], c'est elle-même qui décide de ne pas faire l'effort et subir les conséquences. »

M. Hamad a évoqué l'exemple des pays scandinaves qui ont recours à des mesures similaires. « On n'a pas inventé la roue à trois trous », a-t-il dit, provoquant l'hilarité générale.

Mesure d'employabilité ou d'austérité?

Le collectif Pour un Québec sans pauvreté estime que ce genre de mesures sont tout simplement contre-productives puisque le gouvernement coupe dans les programmes d'employabilité. « Les gens qui peuvent retourner rapidement sur le marché du travail se trouvent un emploi, mais ceux qui sont loin du marché du travail s'en éloignent davantage », avance le porte-parole du collectif, Serge Petitclerc en entrevue à ICI Radio-Canada Première.

M. Petitclerc souligne que les pays qui l'ont essayé ont constaté les échecs de ces mesures punitives. Des 200 000 adultes aptes à l'emploi au Québec, selon les chiffres du ministère du Travail cités par M. Petitclerc, seulement 10 % sont considérés être en mesure de se trouver un emploi rapidement.

M. Petitclerc estime que les gens qu'on force à se trouver un emploi n'en trouvent pas ou le perdent rapidement. « Ils sortent de l'expérience encore plus maganés par la vie », déplore M. Petitclerc soulignant que ces gens nécessitent ensuite un suivi encore plus long, donc plus coûteux.

Sans prétendre que la réforme est uniquement une mesure d'austérité, M. Petitclerc estime que c'est « aussi » une mesure d'austérité.

Bien que le ministre Hamad espère réaliser des économies de 50 millions de dollars, M. Petitclerc croit que ces économies fonderont comme neige au soleil en raison des coûts en santé, en itinérance et en incarcération qu'occasionnera la réforme.

Le porte-parole de l'association des Manufacturiers et importateurs du Québec, Éric Tétraut, est d'accord avec M. Petitclerc sur l'inutilité d'embaucher des gens pour une courte période. Il croit cependant qu'on exagère les difficultés de plusieurs assistés sociaux à intégrer le marché du travail.

Plusieurs des emplois offerts par l'industrie ne requièrent aucune formation particulière. Ces postes qualifiés de « postes d'entrés » permettent néanmoins aux gens d'intégrer le marché du travail et de se démarquer pour ensuite obtenir la qualification nécessaire pour gravir des échelons dans des entreprises.

Soulignant que l'industrie aura 700 000 emplois à pourvoir au cours des prochaines années, M. Tétraut croit que l'intégration des cohortes d'élèves et des immigrants qualifiés ne suffiront pas à la demande.

Il faut absolument trouver une façon de remettre ces gens au travail.

Éric Tétraut

Bien qu'il ne croit pas que la réforme de l'aide sociale constitue une panacée, M. Tétraut estime que c'est une mesure qui donnera un coup de pouce à l'industrie. « Je crois que ça les aidera [les assistés sociaux] et que ça aidera l'industrie », soutient-il refusant d'y voir une mesure d'austérité.

Politique