•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bureau de santé Porcupine : le bilinguisme n'est pas gagné

Bureau de santé de Porcupine

Controverse autour du bilinguisme des services de santé

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le droit d'obtenir des services de santé en français au Bureau de santé Porcupine n'est pas garanti, et ce, même si les francophones du district de Cochrane représentent près de la moitié de la population.

Le représentant de Hearst au conseil d'administration du Bureau de santé Porcupine, André Rhéaume, souhaite que l'agence se dote de sa propre politique.

Je veux qu'on adopte le principe que tous les services doivent être donné dans les deux langues officielles [...] et qu'on désigne les postes bilingues en conséquence pour pouvoir livrer ces services.

Une citation de :André Rhéaume, représentant de Hearst au conseil d'administration du Bureau de santé Porcupine

Les 36 bureaux de santé publique de l'Ontario ne sont pas soumis à la Loi sur les services en français, puisqu'il s'agit d'organismes établis par un regroupement de municipalités.

André Rhéaume a présenté une résolution sur cette question lors de la plus récente réunion du conseil d'administration. Elle a été rejetée par 9 voies contre 3. « Si ça vient de l'interne, je pense que c'est beaucoup plus fort que si c'est imposé par une loi », dit-il.

La pierre d'achoppement : la désignation de postes bilingues

Le président du conseil du bureau, Gilles Chartrand, dit avoir tenté de retarder le vote afin de se donner un peu plus de temps pour réfléchir et analyser la situation. Il précise que le bureau a déjà une politique linguistique qui assure que des services en français soient offerts « dans la mesure que c'est possible ».

Il ajoute qu'il est difficile de retenir du personnel qualifié dans la région.

[Par] exemple, on essaie d'avoir un médecin pour notre région, capable de parler les deux langues officielles. Présentement, il n'y en a pas. On a eu quelqu'un, mais elle n'est pas restée. Là, on a juste quelqu'un par intérim et on a réellement besoin d'un médecin.

Une citation de :Gilles Chartrand, président du conseil d'administration du Bureau de santé Porcupine

Selon M. Chartrand, près de 6 employés sur 10 maîtrisent les deux langues officielles au Bureau de santé Porcupine.

Le directeur général de l'Alliance de la francophonie de Timmins (ACFO Timmins), Sylvain Lacroix, se dit déçu, mais pas surpris de l'issu du vote. Selon lui, « les gens ne comprennent pas la nécessité que les francophones se fassent servir en français, particulièrement deux groupes : les aînés et les jeunes enfants. » À ses yeux, « la seule façon de régler ça, c'est un centre de santé [communautaire francophone]. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario