•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le feu vert des Innus se fait toujours attendre pour le projet d’Arianne Phosphate

Le lac à Paul, vu du site projeté de la mine d'apatite d'Arianne Phosphate

Le lac à Paul, vu du site projeté de la mine d'apatite d'Arianne Phosphate

Photo : SRC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Innus de Mashteuiatsh, de Pessamit et d'Essipit rappellent au gouvernement du Québec qu'ils ne se sont pas encore entendus avec le promoteur du projet de mine d'apatite du Lac à Paul.

Les chefs de bande affirment être prêts à négocier une entente sur les répercussions et les avantages de ce projet en ce qui concerne les phases de construction et d'exploitation de la mine. Les trois Premières nations considèrent qu'il s'agit d'une étape essentielle pour qu'elles donnent leur accord au projet.

En entrevue à L'heure de pointe, le coordonnateur aux ressources territoriales et au suivi des négociations du conseil de Pessamit, Jack Picard, a indiqué que les Innus voulaient être impliqués de près dans les discussions.

On veut quand même participer de façon importante à ce développement tout en tenant compte de nos préoccupations vis-à-vis l'utilisation et l'occupation du territoire et la protection de l'environnement.

Jack Picard, conseil de Pessamit

Rappelons que le gouvernement du Québec a autorisé le projet d'Arianne Phosphate à la fin de l'année 2015 en octroyant un décret environnemental. L'entreprise n'a toujours pas défini l'emplacement du terminal maritime où sera transbordé le minerai.

Arianne Phosphate est présentement à la recherche de capitaux pour financer son projet de mine d'apatite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !