•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Producteurs de sirop d'érable en Cour d'appel

Photo: iStockphoto

Des producteurs de sirop d'érable poursuivent en Cour d'appel leur bataille juridique sur les pouvoirs de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec. Les producteurs souhaitent pouvoir exporter leurs produits sans passer par la Fédération.

En septembre 2014, la Cour supérieure a validé la réglementation de la Fédération des producteurs acéricoles qui gère les exportations du sirop d'érable québécois entre les provinces, impose les quotas de production et fixe le prix du sirop d'érable.

Angèle Grenier, propriétaire d'une érablière depuis 20 ans à Sainte-Clotilde-de-Beauce, estime que les règlements de la Fédération enlèvent toute liberté de production pour les acériculteurs.

« Les producteurs sont obligés de suivre une règle encadrée juste par eux, il n'y a pas d'autre syndicat présentement. On est pris avec un syndicat qui nous attache les mains. »

La productrice acéricole Angèle GrenierLa productrice acéricole Angèle Grenier Photo : ICI Radio-Canada

Mme Grenier lance un cri du coeur. « Je perds tout présentement, il ne me reste plus rien, je suis obligée de fermer boutique. [...] C'est le gouvernement qui donne tout à la Fédération, qui enlève tous mes droits. J'ai de l'intimidation qui se fait à partir de la Fédération, vous ne pouvez pas vous imaginer comment! », lance-t-elle.

La Fédération de son côté maintient que l'ensemble de la législation est conforme.

Environ 7500 producteurs font partie de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec.

L'année dernière, plus de 90 millions de livres de sirop d'érable ont été exportées dans 52 pays.

Québec

Société