•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une milice civile islamophobe suscite controverse et railleries en Finlande

Des membres de la milice civile islamophobe Les soldats d'Odin manisfeste à Joensuu, dans l'est de la Finlande.

Des membres de la milice civile islamophobe Les soldats d'Odin manisfeste à Joensuu, dans l'est de la Finlande.

Photo : Lehtikuva Lehtikuva / Reuters

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des « justiciers » vêtus de noir ont commencé à patrouiller dans les rues de certaines des plus grandes rues de Finlande, en réaction à l'arrivée de milliers de réfugiés et de migrants au cours des derniers mois.

Les « soldats d'Odin », du nom d'un dieu norse, ont été fondés par un camionneur de 29 ans, Mika Ranta. Ce dernier affirme que la police est complètement dépassée par l'arrivée d'autant de nouveaux venus et qu'elle a besoin d'aide, ce que les policiers nient catégoriquement.

Les soldats d'Odin portent des vestes noires au dos desquelles on voit un homme moustachu coiffé d'un casque viking, avec un drapeau finlandais comme foulard. Ces « justiciers » affirment ne pas être armés, mais M. Ranta admet avoir du gaz poivré en sa possession, comme le permet la loi finlandaise.

M. Ranta dit que son groupe n'est pas raciste, mais qu'il considère les nouveaux arrivants comme une menace « puisque ce sont des musulmans ».

Les soldats d'Odin ont fortement rehaussé leur visibilité sur les médias sociaux après que des Finlandaises eurent apparemment été harcelées sexuellement, voire agressées ou même violées, à l'occasion des festivités du Nouvel An, lors d'incidents qui rappellent ceux survenus à Cologne, en Allemagne. M. Ranta estime que ces événements démontrent la pertinence de son organisation.

La classe politique finlandaise semble prise de court par l'émergence des soldats d'Odin. La première ministre Juha Sipila a tout d'abord paru hésitante, pendant que son ministre des Finances Alexander Stubb condamnait le groupe et promettait de le rendre illégal. Le ministre des Affaires étrangères – le chef du parti anti-immigration Finlandais, Timo Soini – a dénoncé le racisme, sans pour autant se prononcer sur les patrouilles.

D'autres groupes ont choisi de donner la réplique aux soldats d'Odin. Les soeurs de Kylliki, du nom d'un personnage féminin finlandais mythique, patrouillent dans les rues pour propager « l'amour et la compassion ». Les LOLdats d'Odin [un dérivé de l'acronyme LOL, « laugh out loud » ou « mort de rire » en français] se sont déguisés en clowns et ont suivi les soldats d'Odin lors d'une récente patrouille dans la ville de Tampere, dans le sud du pays.

Plus de 32 500 personnes ont demandé l'asile en Finlande l'an dernier. Les migrants arrivaient principalement d'Irak, d'Afghanistan, de Somalie et de Syrie.

Au Canada, plus tôt ce mois-ci, des réfugiés syriens récemment arrivés à Vancouver ont été aspergés de gaz poivré par un homme qui circulait en vélo. La police a ouvert une enquête pour crime haineux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !