•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Énergie Est : trop de risques pour trop peu de retombées économiques, dit Coderre

Le maire de Montréal et président de la CMM, Denis Coderre, entouré de plusieurs autres maires de la région

Photo : Étienne Leblanc/ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'ajoute à la liste des opposants au projet Énergie Est de la société albertaine TransCanada. Cette dernière veut construire un pipeline qui traverserait le Québec afin d'acheminer le pétrole de l'Ouest canadien vers l'Atlantique pour l'exporter.

Entouré des maires de Laval, Longueuil, Repentigny et Candiac venus l'appuyer, le maire de Montréal a dit non à TransCanada au nom de son administration et celle de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), dont il est président.

Le projet comporte des risques importants pour notre environnement et trop peu de retombées pour notre économie.

Denis Coderre

« Le projet entraînerait la création d'une trentaine d'emplois directs pour l'ensemble du Québec pour son exploitation et des retombées fiscales d'au plus 2 millions de dollars par année, selon les dernières estimations de TransCanada et nos propres vérifications », a précisé le maire Coderre.

La CMM estime que ces retombées économiques sont bien minces en comparaison des coûts qu'entraînerait un déversement majeur dans la région de Montréal, qu'elle estime entre 1 et 10 milliards de dollars, précisant qu'un tel déversement menacerait en outre les prises d'eau potable de plusieurs municipalités de la CMM.

Version non définitive du tracé du projet d'oléoduc Énergie Est dans la région de Montréal

Version non définitive du tracé du projet d'oléoduc Énergie Est dans la région de Montréal

Photo : CMM

Tolérance zéro devant les risques environnementaux

M. Coderre a écorché la société albertaine en soulignant qu'elle n'avait toujours pas présenté son plan d'intervention en cas d'incident.

« TransCanada n'a pas daigné [...] venir nous voir », a déploré le maire Coderre en parlant de l'importance de la consultation menée par la CMM. « De toute évidence, ils [TransCanada] n'ont pas fait leurs devoirs, a-t-il poursuivi. Ils se seraient montrés plus respectueux simplement en se présentant à notre consultation. Ils se sont montrés franchement arrogants. »

Le maire Coderre a également déploré que le tracé de l'oléoduc traverse des bois, des milieux humides et la zone agricole en contravention du Plan métropolitain d'aménagement et de développement.

Le projet Oléoduc Énergie Est n'obtient pas la note de passage du point de vue économique, social, environnemental et de la sécurité publique.

Denis Coderre

« À titre de président de la CMM, j'ai fait connaître notre position de tolérance zéro devant les risques environnementaux que représente le transport de produits pétroliers par oléoducs », a déclaré le maire Coderre. Il a souligné que les thèmes de l'environnement et des risques sur l'approvisionnement en eau potable ont été les plus fréquemment abordés lors des consultations publiques de la CMM.

De plus, la construction de l'oléoduc entraînerait, seulement sur le territoire de la CMM, la disparition de 130 hectares – l'équivalent de 260 terrains de football – de couvert forestier, selon M. Coderre.

Le projet survient également à une période où le contexte lui est particulièrement défavorable tant sur le plan environnemental qu'économique, a expliqué M. Coderre. Rappelant les engagements pris à Paris lors de la conférence sur le climat, le maire de Montréal a souligné que les gouvernements de la planète se dotaient désormais de politiques de réduction des gaz à effets de serre (GES) et de réduction de leur dépendance au pétrole, tout en se tournant vers des énergies plus écologiques.

La commission de l'environnement de la CMM a tenu ses consultations publiques du 15 septembre au 8 octobre dernier. La commission a reçu 143 mémoires et 66 intervenants se sont présentés pour effectuer une présentation orale. Un total de 3846 citoyens ont également répondu au sondage en ligne de la CMM.

TransCanada garde le cap

De son côté, la société albertaine TransCanada refuse de jeter l'éponge, malgré le concert de protestations que soulève son projet. « Nous allons prendre le temps d'analyser comme il le faut le document de la CMM », a indiqué le porte-parole de l'entreprise en entrevue à ICI RDI. « Il y a plusieurs différentes instances qui ont contribué à ce document [...] et nous voulons [répondre] à un certain nombre de préoccupations », a-t-il expliqué.

Tim Duboyce croit qu'il est toujours temps « d'aller cogner à la porte des élus de la région de Montréal pour discuter [de ce qui peut être fait] pour améliorer le projet ». Il met d'ailleurs les élus en garde, soutenant que se priver d'un tel pipeline entraînerait une augmentation du transport de pétrole par train. « Les pipelines sont plus sécuritaires que les voies ferroviaires pour le transport du pétrole », affirme-t-il.

Nous avons besoin du pétrole dans cette société et nos besoins en pétrole ne vont pas disparaître demain.

Tim Duboyce, porte-parole de TransCanada

« On veut chercher des façons d'améliorer ce projet-là et en analysant ce document, poursuit-il. Je pense que ça va nous donner des avenues pour rendre le projet oléoduc Énergie Est un meilleur projet. »

Tim Duboyce, porte-parole de Transcanada

Tim Duboyce, porte-parole de Transcanada

Photo : ICI Radio-Canada

La réponse du Wildrose albertain, qui forme l'opposition officielle à Edmonton, a été beaucoup plus cinglante.

« Vous ne pouvez pas déverser vos eaux usées [dans le fleuve Saint-Laurent], accepter les pétroliers étrangers, bénéficier de la péréquation et ensuite rejeter nos pipelines », a dénoncé son chef, Brian Jean, sur Twitter.

Le chef du Wildrose, Brian Jean

Le chef du Wildrose, Brian Jean

Photo : ICI Radio-Canada

Dans le même esprit, le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a dit espérer que « les maires de la région de Montréal retournent poliement leur part des 10 milliards de dollars de la péréquation financée par l'Ouest ».

Greenpeace salue la décision de la CMM

Le « non » catégorique présenté par la CMM au projet d'oléoduc Énergie Est témoigne de son manque d'absence d'accessibilité sociale, selon le groupe environnementaliste Greenpeace. « Le premier ministre Trudeau doit tenir sa promesse de réformer les évaluations environnementales au pays et s'assurer que l'évaluation de ce pipeline n'aille pas de l'avant tant que la réforme du régime mis en place par le gouvernement Harper n'est pas complétée », a déclaré le responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada, Patrick Bonin.

« M. Trudeau a clairement mentionné que les communautés doivent donner leur accord pour que les projets de pipelines puissent aller de l'avant », a-t-il constaté.

Une étude réalisée par l'École polytechnique, rendue publique à la fin de décembre 2015, révèle que la construction d'un pipeline le long des berges du fleuve Saint-Laurent serait très risquée pour le fleuve ainsi que pour les rivières que traverseraient le pipeline.

Le sol des berges du Saint-Laurent est trop instable pour supporter un pipeline, selon l'étude commandée par le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles.

TransCanada a déjà abandonné une partie de son projet qui consistait à construire un terminal pétrolier à Cacouna, dans le Bas-Saint-Laurent, à la suite de la grogne suscitée par le projet dans la population. Le projet de terminal pétrolier menaçait la population des bélugas du Saint-Laurent.

La carte de l'oléoduc Énergie-Est.

La carte de l'oléoduc Énergie-Est.

Photo : ICI Radio-Canada

Politique