•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise de suicide chez les jeunes : les Premières Nations lancent un SOS

Le Grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fidler (à droite) lors de l'ouverture de la réunion des chefs à Thunder Bay.

Le Grand chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fidler (à droite) lors de l'ouverture de la réunion des chefs à Thunder Bay.

Photo : Jody Porter/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Premières Nations du nord de l'Ontario réclament une aide d'urgence à la suite du suicide de plusieurs jeunes au cours des dernières semaines, dont une fillette de 10 ans.

Un rapport de 2010 du Réseau local d'intégration des soins de santé (RLISS) du Nord-Ouest démontrait que le taux de suicide chez les moins de 15 ans dans les communautés autochtones de la région était 50 fois plus élevés que la moyenne canadienne.

Les chefs des 49 Premières Nations de la Nation Nishnawbe Aski (NAN) réunient cette semaine à Thunder Bay ont d'ailleurs commencé leur rencontre avec une prière pour les familles des cinq adolescents qui se sont suicidés depuis le mois de décembre.

Le Grand chef de NAN, Alvin Fiddler dit qu'il ne peut imaginer la douleur que doivent ressentir les familles et les communautés.

D'enterrer un enfant de 10 ans qui s'est suicidé est quelque chose d'inimaginable.

Une citation de :Auteur Alvin Fiddler, Grand chef de la Nation Nishnawbe Aski

Récemment, une autre jeune fille âgée de 14 ans s'est enlevée la vie à Neskantaga, une des communautés membres de NAN, le 9 janvier. Pour le chef de cette Première Nation Wayne Moonias c'est incompréhensible.

Personne ne s'y attendait, ce qui rend les circonstances difficiles pour la communauté.

Une citation de :Auteur Wayne Moonias, chef de la Première Nation Neskantaga
Wayne Moonias, chef de la Première Nation de NeskantagaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Wayne Moonias, chef de la Première Nation de Neskantaga

Photo : CBC

Au cours des dix dernières années, 13 personnes se sont suicidées dans la Première Nation de Neskantaga. Par conséquent, peu de résidants de la communauté de 300 habitants n'ont pas été endeuillés récemment. Par exemple, la dernière jeune fille à s'être enlevée la vie était la fille d'un cousin du chef Moonias.

C'est pourquoi les chefs réunis à Thunder Bay réclament une aide d'urgence des gouvernements, une aide semblable à celle consentie aux communautés touchées par d'importantes inondations ou menacées par des feux de forêt.

Sans cette aide extérieure, comme des travailleurs sociaux et des intervenants en situation de crise, croit le chef Alvin Fiddler, les communautés ne pourront se remettre avant la prochaine tragédie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario