•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Biodiversité : les vrais chiffres de la pêche passés sous silence

Un bateau de pêche.
Un bateau de pêche. Photo: UBC/Pew

Les gouvernements du monde entier ne communiquent pas les véritables quantités de poissons pêchés chaque année, révèle une étude de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC). En 2010, 77 milliards de kilos ont été déclarés à travers 200 pays et territoires, mais les chercheurs de UBC en ont comptabilisé 109 milliards, soit 30 % de plus que les chiffres officiels transmis à l'ONU.

Un texte d'Anne-Diandra LouarnTwitterCourriel

Les scientifiques expliquent ce fossé par le fait que la plupart des gouvernements ne collectent que les données de la pêche industrielle et qu'ils excluent les catégories difficiles à pister telles que la pêche illégale, touristique, de subsistance ainsi que les poissons rejetés à la mer.

Les chiffres de UBC ont été recueillis auprès de nombreuses sources telles que des chercheurs, des statistiques du secteur de la pêche industrielle, des experts locaux, des services de police ou encore des documents sur la pêche touristique.

32 milliards de kilos de poissons pêchés ne sont pas déclarés chaque année, c'est plus que le poids de l'entière population américaine.

UBC, communiqué de presse

« C'est comme si le monde retirait de l'argent d'un compte en banque sans savoir ce qui a été retiré ni l'argent qu'il reste », commente Daniel Pauly, professeur à UBC et auteur principal de l'étude. « Mieux estimer la quantité de poisson que nous pêchons aiderait à s'assurer de leur durabilité », ajoute-t-il.

La justesse de ces chiffres est d'autant plus cruciale qu'ils permettent aux différents gouvernements de déterminer les quotas de pêche et les restrictions pour sauvegarder les espèces, dont certaines, comme le requin ou le thon, sont en danger d'extinction.

Sécurité alimentaire et équilibres écologiques

Greenpeace, qui a mené une campagne offensive sur le sujet en 2014 et 2015, estime que la surpêche est la principale menace pour les océans. « Environ 90 % des espèces marines commerciales sont aujourd'hui surexploitées ou pêchées à la limite de durabilité [...] Avec plus de quatre millions de tonnes pêchées par an, les espèces de thons, listao, albacore, thon obèse et thon germon, constituent l'une des plus importantes pêcheries au monde », indique l'organisme de défense de l'Environnement.

Pour Joshua S. Reichert, vice-président de l'ONG Pew Charitable Trusts, qui a soutenu UBC dans sa recherche, il est « inacceptable » de ne pas comptabiliser toutes les catégories de pêche et de simplement inscrire un zéro dans les registres officiels.

Environnementalistes et chercheurs s'accordent à dire qu'il est urgent d'agir, au nom de la sécurité alimentaire et des équilibres écologiques marins. Il y a plus de quinze ans, en 2001, une vaste étude publiée dans le magazine Science (en anglais (Nouvelle fenêtre)) avait été l'une des premières à alerter précisément sur les dangers d'extinction des poissons et soulignait qu'aucun océan du globe n'était épargné par cette menace.

Colombie-Britannique et Yukon

Science