•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immobilier : réduire les investissements étrangers fera perdre 1 milliard $, selon Victoria

Le ministre des Finances, Mike de Jong

Le ministre des Finances, Mike de Jong

Photo : Sophie Rousseau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Colombie-Britannique pourrait perdre un milliard de dollars en vente de biens immobiliers si le gouvernement met en place des mesures de réduction des investissements étrangers, prévient le ministère provincial des Finances dans un document de six pages d'analyse du marché.

Près de 4000 emplois dans le domaine de la construction devront aussi être supprimés si une nouvelle réglementation voit le jour, selon les prévisions du ministère.

La publication de ce document survient alors que plusieurs économistes, professeurs et professionnels de l'immobilier suggèrent d'imposer une taxe aux propriétaires de logements vacants. Elle permettrait de financer un fonds pour le logement abordable de 90 millions de dollars qui pourraient ensuite être distribués parmi de futurs propriétaires locaux.

Le taux de logements disponibles à la location dans la ville de Vancouver est passé sous la barre des 1 % l'année dernière et le prix de vente moyen d'une maison familiale dans l'ouest de la ville est de plus de 2,5 millions de dollars.

Le ministère des Finances estime que réduire les investissements étrangers n'aura que très peu d'impact sur le prix des logements, car les propriétaires étrangers comptent pour moins de 5 % sur le marché immobilier de la région du Grand Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !