•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones sont deux fois plus nombreux à penser au suicide

Des membres de l'organisme Kwi Awt Stelmexw qui défend la culture de la Première Nation Squamish.

Des membres de l'organisme Kwi Awt Stelmexw qui défend la culture de la Première Nation Squamish.

Photo : Kwi Awt Stelmexw

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La prévalence des idées suicidaires est presque deux fois plus élevée chez les Autochtones que chez les non-Autochtones, selon Statistique Canada.

L'étude publiée mardi sur les pensées suicidaires au cours de la vie révèle ainsi que la prévalence de celles-ci chez les femmes des Premières Nations qui vivent hors d'une réserve atteignait 25,8 % en 2012. Elle atteignait 23,8 % chez les Inuites et 23,4 % chez les Métisses.

Les femmes non autochtones rapportaient de telles pensées dans une proportion de 13,8 %.

Chez les hommes, les constatations sont similaires. La prévalence des idées suicidaires est de 23,1 % chez les Inuits et de 21,4 % chez les membres des Premières Nations vivant hors réserve.

Les hommes non autochtones rapportaient de telles pensées dans une proportion de 11,1 %.

Parmi les facteurs de risques qui peuvent être associés aux pensées suicidaires, selon la catégorie de personnes, on trouve le fait d'être veuf, divorcé ou séparé, de même que le fait de consommer fréquemment de grandes quantités d'alcool, souligne Statistique Canada.

Le suicide : un fléau dans certaines réserves

Un rapport publié l'été dernier dans le journal de l'Association médicale canadienne a confirmé la hausse du taux de suicide dans les communautés autochtones de l'Ontario au cours de la dernière année.

Le phénomène est particulièrement marqué chez les jeunes. Le chercheur associé au centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, Gerald McKinley, a parcouru les rapports du bureau du coroner en chef de l'Ontario entre 1991 et 2013. Il a noté que 468 Autochtones se sont enlevé la vie durant cette période et que près de la moitié étaient âgés de 25 ans ou moins.

Panser les plaies

Plusieurs solutions ont été proposées au pays pour lutter contre le suicide chez les Autochtones. Un camp de motivation et de guérison a rassemblé une centaine de jeunes au Yukon l'an dernier. L'initiative a été le fruit d'un partenariat entre 10 premières nations de la province et le gouvernement territorial.

D'autres optent pour l'art, comme les créateurs d'un projet de recherche de l'Université des Premières Nations du Canada, pour qui l'expression artistique peut avoir un effet bénéfique sur la santé mentale des membres de Premières Nations. Elle pourrait même prévenir le suicide selon eux.

Avec des informations de La Presse Canadienne

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario