•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD s'attaquera à la loi québécoise sur les frais accessoires en santé

Le chef du NPD Thomas Mulcair.

Le chef du NPD Thomas Mulcair.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Parmi les grandes priorités défendues par le NPD, l'universalité des soins de santé occupera une place de choix au cours des mois à venir. Dans son discours devant les membres de son caucus réunis à Montebello, Thomas Mulcair a affirmé son intention de dénoncer la loi québécoise qui autorise les frais accessoires, au nom de la Loi canadienne sur la santé.

Un texte de Raphaël Bouvier-AuclairTwitterCourriel

C'est son lieutenant québécois, le député Alexandre Boulerice, qui mènera la charge contre cette loi qui, selon le NPD, menace l'universalité des soins de santé. Le député de Rosemont–La Petite-Patrie a d'ailleurs confirmé avoir écrit une lettre à la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, pour qu'elle intervienne auprès du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Il n'a pas reçu de réponse.

Un projet de loi qui légalise les frais accessoires pour des traitements qui étaient autrefois assurés par le régime public, c'est une loi qui entre en confrontation directe avec le principe d'universalité enchâssé dans la Loi canadienne sur la santé.

Thomas Mulcair, chef du NPD

Défendre les valeurs de base du NPD

Depuis le scrutin du 19 octobre, tant le chef néo-démocrate que certains de ses élus ont affirmé leur intention d'être une « opposition progressiste ». Et aujourd'hui, Thomas Mulcair a promis à ses troupes qu'il entendait bien passer de la parole aux actes. En plus de l'universalité des soins de santé, aux Communes, le NPD défendra certaines de ses causes traditionnelles, comme l'environnement et les inégalités sociales.

Le troisième parti à la Chambre des communes veut également présenter un projet de loi anti-briseurs de grève.

Analyser la défaite

La rencontre des députés néo-démocrates a eu lieu à Montebello, une ville située dans une circonscription remportée par les libéraux en octobre. Le NPD avait pourtant réussi une percée dans l'ancienne circonscription à l'élection de 2011.

« Les résultats de l'élection n'ont pas été à la hauteur de nos attentes, c'est une évidence », a reconnu Thomas Mulcair dans son discours. Les députés interrogés n'ont toutefois pas remis en doute la place de Thomas Mulcair à la tête du parti.

Lundi, le député d'Outremont a confirmé sa volonté d'en demeurer le chef. En avril, les membres du NPD doivent se prononcer en congrès à Edmonton sur leur volonté de tenir une course à la direction.

« Il y a des gens qui expriment effectivement leur mécontentement. Il y a une analyse à faire des résultats. En ce qui a trait au post-mortem, pour les priorités du NPD, ça va être déterminé d'ici le prochain congrès », a déclaré le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Guy Caron.

Politique