•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Alpes suisses feront-elles écho au plan Trudeau?

Le premier ministre Trudeau prononce un discours à l'ouverture du Forum économique mondial à Davos.

Le premier ministre Trudeau prononce un discours à l'ouverture du Forum économique mondial à Davos.

Photo : Ruben Sprich / Reuters

Radio-Canada

Le Forum économique mondial de Davos, grand rendez-vous annuel de l'élite mondiale, s'ouvre dans cette petite ville pittoresque des Alpes suisses. Le premier ministre Justin Trudeau et cinq de ses ministres sont au rendez-vous. Leur message est clair : venez investir au Canada.

Un texte de Joyce NapierCourriel

Le Forum économique mondial de Davos, c'est tout un nom, tout un rendez-vous des grands de ce monde qui réunit chefs d'États et de gouvernements, ministres des Finances et du Commerce, les géants du monde des affaires et de la haute finance, comme Bill et Melinda Gates, sans oublier les Leonardo DiCaprio, Yo Yo Ma et Will.i.am.

Pour Justin Trudeau, qui prononce un discours aujourd'hui (vers 9 h 30 HNE) , ce sera l'occasion de parler de son plan pour relancer l'économie canadienne dans un contexte mondial morose.

Contrairement à la plupart des pays de l'Union européenne, par exemple, qui traversent une période d'austérité, le premier ministre canadien, lui, lance un vaste programme d'infrastructures. Il dépense ou, comme il dit, il investit. Il crée des déficits consécutifs alors que les taux d'intérêt restent bas. C'est son pari et il doit convaincre des investisseurs potentiels que le Canada est un partenaire commercial fiable et solide.

« Justin Trudeau doit démontrer à l'élite du monde des affaires qu'il y a de la substance derrière cette image de jeune premier », dit Colin Roberston, vice-président de l'Institut canadien des affaires mondiales.

Ces gens vont évaluer le potentiel économique et financier du Canada.

Colin Roberston, vice-président de l'Institut canadien des affaires mondiales

La mission canadienne, qui compte notamment les ministres des Finances et du Commerce international, veut finaliser le traité commercial avec l'Union européenne, dont les négociations avaient été entamées par les conservateurs. L'autre objectif est d'attirer ces investissements étrangers pour stimuler l'économie canadienne.

« Le premier ministre s'en va à l'étranger solliciter des investissements et faciliter les échanges commerciaux, parce que le commerce international représente 60 % de notre PIB », dit M. Robertson.

Justin Trudeau comptera également sur sa cote de popularité, tant au Canada qu'à l'étranger, où il est décrit dans les médias comme le « jeune prodige » et le premier ministre « branché » qui a fait craquer la presse aux Philippines à la réunion de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC).

Il sera sans doute une des grandes curiosités de ce forum dans les Alpes. Il pourra en profiter pour se faire entendre et pour attirer ces investisseurs dont il a tant besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique