•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Brésil s'attaque au virus Zika

Le moustique qui transmet le virus Zika
Le moustique qui transmet le virus Zika Photo: La Presse canadienne / Andre Penner
Associated Press

Le gouvernement brésilien financera directement le développement d'un vaccin pour contrer un virus qui cause des lésions cérébrales chez les bébés.

Le ministre de la Santé Marcelo Castro a indiqué que l'Institut Butantan, à Sao Paulo, espère développer « en un temps record » un vaccin contre le virus Zika, qui est transmis par les moustiques.

Le directeur de l'Institut a quand même prévenu que les travaux prendront de trois à cinq ans.

Le Brésil est actuellement aux prises avec la pire épidémie de virus Zika de son histoire. Le virus a été associé à une vague récente de malformations congénitales, notamment la microcéphalie, un problème rare qui afflige les nouveau-nés d'une tête plus petite que la normale et empêche leurs cerveaux de se développer correctement.

Le ministère de la Santé recense 3530 cas de microcéphalie au Brésil depuis octobre, alors que moins de 150 cas avaient été détectés en 2014. La majorité des cas sont concentrés dans le nord-est pauvre du Brésil, mais le nombre de cas dans de grandes villes comme Rio de Janeiro est aussi en hausse.

Certaines femmes bien nanties fuient vers les États-Unis ou d'autres pays pour vivre leur grossesse à l'abri des moustiques.

Le virus Zika est propagé par le même moustique que celui qui peut transmettre la fièvre dengue ou le chikungunya.

Un premier cas de microcéphalie attribué au virus Zika a été décelé aux États-Unis la semaine dernière.

Par ailleurs, le ministre de la Santé de la Jamaïque a dit que certaines femmes retardent leur grossesse de 6 à 12 mois par crainte du Zika. Horace Dalley a dit que le virus arrivera inévitablement en Jamaïque, puisqu'il a été détecté en Haïti voisine.

International