•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lettre d'Arielle Frenette au ministre de l'Éducation : la démarche a porté ses fruits

France Savoie et sa fille Arielle Frenette
France Savoie et sa fille Arielle Frenette Photo: Francois Vigneault
Radio-Canada

La lettre au ministre de l'Éducation d'une jeune écolière de Beresford, au N.-B., aux prises avec des troubles d'apprentissage a donné des résultats : Arielle Frenette, 11 ans, a reçu de nouveaux outils pour l'aider à apprendre.

Dans sa lettre au ministre Serge Rouselle, en octobre dernier, Arielle Frenette lançait un cri du coeur. Elle se plaignait de ne pas avoir d'aide particulière en classe pour lui permettre de surmonter sa dyslexie, sa dyscalculie et sa dysorthographie.

Arielle FrenetteLa lettre d'Arielle Frenette

Peu de temps après, elle a pu bénéficier, deux fois par semaine, des services d'une aide-enseignante, jusqu'au congé des Fêtes.

Depuis la rentrée de janvier, elle a droit à de nouveaux outils et peut poursuivre son apprentissage seule, à l'écart des autres élèves de sa classe, a déclaré sa mère, France Savoie, à l'émission Le Réveil d'Ici Radio-Canada.

« Ils lui ont donné les outils de travail, donc un nouvel ordinateur, un nouveau portable, un iPad, un scanneur, une smart pen, une petite souris qui scanne... donc l'enseignante ressources lui a montré comment fonctionner avec ces outils de travail avant Noël. »

Arielle apprend maintenant à s'habituer à ces nouveaux outils. Tout n'est pas parfait, car les outils électroniques connaissent parfois des ratés qui entraînent des retards, explique France Savoie, mais elle a bon espoir qu'avec le temps, tout rentrera dans l'ordre.

En ce qui concerne la lettre d'Arielle, elle a reçu une réponse de la main du ministre, précise Mme Savoie.

En gros, il trouvait qu'Arielle avait un bon sens des responsabilités, puis qu'elle avait beaucoup d'intérêts. Il voulait qu'elle sache que son apprentissage scolaire lui tenait beaucoup à coeur.

France Savoie, mère d'Arielle

Mme Savoie est convaincue que la démarche d'Arielle a permis de faire bouger les choses. Elle ajoute que d'autres élèves de son école aux prises avec des troubles d'apprentissage en ont également bénéficié. Ils ont aussi reçu certains des mêmes outils qu'Arielle.

Par ailleurs, l'anxiété qu'éprouvait Arielle Frenette face à ses difficultés s'est en bonne partie envolée.

« On a vu un gros changement dans l'attitude d'Arielle à la maison, dit Mme Savoie. Elle était tout heureuse, moins stressée, contente d'aller de nouveau à l'école comme elle était dans les années passées. »

Acadie

Éducation