•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Canada dit oui à un 2e site d'injection supervisée à Vancouver

Un centre d'injection supervisée pourrait voir le jour à Québec.

Radio-Canada

Le centre de traitement et de soutien pour personnes atteintes du VIH/sida du Dr Peter, au centre-ville de Vancouver, a reçu l'approbation du gouvernement canadien pour exploiter le deuxième établissement de consommation supervisée au pays.

Une demande en ce sens avait été déposée par la régie régionale de la santé de Vancouver et le centre du Dr Peter auprès de Santé Canada.

Décision prise après un examen rigoureux

Les experts du gouvernement fédéral disent avoir pris cette décision « à la suite d'un examen rigoureux fondé sur des preuves qui comprenaient l'évaluation de la demande soumise par le centre, une inspection de l'installation et l'établissement de modalités à respecter pour protéger la santé et la sécurité publiques ».

Le centre du Dr Peter a donc reçu une exemption à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, la loi qui établit le cadre législatif pour la réglementation de substances qui peuvent altérer les processus mentaux et faire du tort si elles sont détournées ou utilisées à mauvais escient.

Le centre d'injection supervisée Insite, à VancouverAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le centre d'injection supervisée Insite, à Vancouver

Le centre du Dr Peter opérait déjà dans l'ombre son site d'injection supervisée depuis 2002 grâce à une autorisation informelle de Santé Canada. Ses activités étaient soutenues par la Ville de Vancouver ainsi que la Colombie-Britannique et étaient supervisées par l'Ordre des infirmières de la province, raconte le directeur de recherche Patrick McDougall.

Selon lui, cette nouvelle ne va rien changer à la façon d'offrir les services, mais le soutien d'Ottawa ajoute du poids à la mission du centre du Dr Peter.

Ça réduit la mortalité à la suite de surdose et ça nous permet de rejoindre des populations vulnérables.

Patrick McDougall, directeur de recherche au centre Dr Peter

Ce centre d'injection supervisée s'ajoute à Insite, le tout premier centre du genre au pays qui a ouvert ses portes le 21 septembre 2003 dans le quartier défavorisé de la métropole britanno-colombienne, Downtown Eastside. Insite accueille de 700 à 800 visiteurs chaque jour. Plusieurs clients ont fait des surdoses au fil des ans, mais il n'y a jamais eu de décès à l'intérieur de ses murs.

Le gouvernement canadien, qui a déjà tenté de fermer les portes d'Insite sous le régime de Stephen Harper, indique maintenant que « les données probantes canadiennes et internationales révèlent que les sites de consommation supervisée, lorsqu'ils sont bien établis et gérés, peuvent sauver des vies et améliorer l'état de santé sans qu'il n'y ait d'augmentation de la consommation de drogues et de la criminalité dans les environs ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Drogues et stupéfiants