•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des généticiens en devenir à l'école secondaire Jean-Raimbault de Drummondville

Radio-Canada

Des élèves du secondaire de Drummondville se transforment en véritables généticiens grâce à un projet unique au Québec. De concert avec des chercheurs de l'Université de Montréal, ils sont maintenant habilités à faire eux-mêmes l'identification, par code-barres génétique, de leurs inventaires fauniques.

Cette technique est généralement utilisée par des chercheurs de haut niveau ce qui constitue une première dans le milieu secondaire québécois voir même de l'Amérique du Nord selon la Commission scolaire des Chênes (CSDC). 

Ce sont des enseignants responsables du groupe d'aide pour la recherche et l'aménagement de la faune de la CSDC qui, avec leurs élèves, cherchaient une façon d'identifier avec précision les espèces qu'ils retrouvaient sur le terrain lors de leurs inventaires fauniques.

Ils se sont tournés vers des chercheurs de l'Université de Montréal pour avoir de l'aide. Ces derniers ont appris aux élèves de troisième et quatrième secondaire de l'école Jean-Raimbault comment faire de l'identification génétique de poisson par code barre. Ces techniques sont habituellement utilisées par des chercheurs universitaires. 

« On obtient de cette façon, après l'extraction de l'ADN, une identification qui est sans équivoque. Personne ne pourra dire, si on découvre une espèce menacée, que ce n'est pas vrai, que ce sont des jeunes qui ont fait ça », explique l'un des enseignants responsables du projet, Pablo Desfossés.

Le groupe s'est alors mis à la recherche de partenaires financiers gouvernementaux et privés pour acheter le matériel nécessaire qui enrichit le parcours académique de ces élèves.

Une révolution pédagogique

« C'est presque une révolution au niveau de la pédagogie dans la mesure où ce projet amène les élèves à faire des manipulations moléculaires qui se font habituellement dans des laboratoires de biotechnologies », indique le professeur à l'Université de Montréal, Bernard Angers.

Le projet suscite beaucoup d'engouement auprès des élèves. « Ça nous amène de nouvelles expériences. On apprend plus tout en s'amusant! » soutient un élève rencontré lors d'une démonstration de leur savoir-faire. 

Entre autres, ils espèrent faire la découverte d'une espèce menacée sur leur territoire. 

À écouter : La truite épuisée

Estrie

Éducation