•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le kochia : une mauvaise herbe résistante s'étend dans les Prairies

Le kochia est une plante indésirable devenue résistante au glyphosate.
Radio-Canada

Le kochia, une plante invasive qui résiste aux herbicides, a infiltré des terres agricoles en Alberta , en Saskatchewan et au Manitoba. En grande quantité, le kochia peut détruire presque toute une récolte.

Le kochia se répand en produisant des milliers de graines qui peuvent voyager sur plusieurs kilomètres par jour.

En 2012, des scientifiques fédéraux confirment la présence du kochia dans trois champs de l'Alberta. Quelques saisons plus tard, les chercheurs estiment que cette mauvaise herbe se retrouve dans une centaine de champs dans le sud des Prairies.

Une mauvaise herbe coriace

Le kochia tolère la sécheresse, la salinité du sol et les insectes ravageurs. Cette plante résiste au glyphosate, un herbicide très populaire chez les fermiers commercialisé sous la marque Roundup.

C'est en 2011 que Hugh Beckie, spécialiste dans la gestion de mauvaises herbes à l'Université de la Saskatchewan, reçoit l'appel d'un producteur de grains de l'Alberta qui venait de trouver du kochia dans un champ en jachère, arrosé de glysophate. Depuis, M. Beckie étudie et s'inquiète de la rapidité de propagation de cette mauvaise herbe. 

La moitié des champs des Prairies seront atteints dans dix ans, et 100% des champs d'ici vingt ans. J'espère que nous nous trompons, mais c'est ce que nos recherches suggèrent.

Hugh Beckie, spécialiste dans la gestion des mauvaises herbes

Une invasion qui coûte cher 

La résistance du kochia au glyphosate signifie pour les agriculteurs une hausse des coûts reliés au contrôle des mauvaises herbes et une baisse de rendement des champs.

Prise aérienne d'un tracteur qui arrose un champ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Prise aérienne d'un tracteur qui arrose un champ

Stewart Wells, l'ancien président du National Farmers Union, voit un problème majeur lorsque l'herbicide le plus populaire sur le marché n'arrête pas la propagation du kochia.

« Le glyphosate est comme le pivot de l'agriculture moderne. Il nous a permis de gagner du temps et épargner de l'argent... tout était plus facile. Il a permis aux fermiers de cultiver encore plus d'hectares... Lorsque certaines mauvaises herbes sont résistantes à deux groupes d'herbicides, il reste très peu d'options au fermier. »

Ted Koester et son fils Aaron sont agriculteurs dans le sud-ouest de la Saskatchewan. Le kochia abonde dans certains de leurs champs de lin. Ils estiment leurs pertes à moins de 5 %. Aaron Koester est sûr que les fabricants d'herbicides développeront un nouveau produit avant que le kochia devienne un réel problème.

Hugh Beckie n'est pas aussi confiant.

Les herbicides sont des ressources non renouvelables. Si vous en abusez, vous allez les perdre en raison de la résistance. Et il n'y a pas de nouveaux herbicides en recherche-développement. Si vous ne faites pas attention, vous n'aurez plus d'outils pour contrôler cette mauvaise herbe.

Hugh Beckie, spécialiste dans la gestion des mauvaises herbes

M. Beckie cherche à comprendre la progression de la résistance et du degré de pollinisation croisée de cette plante afin d'offrir des solutions aux agriculteurs. Entre-temps, il suggère aux fermiers de réduire au strict minimum l'utilisation de glyphosate.

Selon un reportage de Marc-Yvan Hébert pour La Semaine verte

Alberta

Agro-industrie