•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des policiers de Regina « sont allés trop loin », dit la Commission des plaintes du public

Simon Ash-Mocassin montre une blessure, qui lui a été infligée par des policiers de Regina, selon lui.

Photo : Ntawnis Piapot/CBC

Radio-Canada

La Commission des plaintes du public de la Saskatchewan conclut que des agents du Service de police de Regina ont fait un usage excessif de la force lorsqu'ils ont arrêté l'Autochtone Simon Ash-Moccasin en 2014.

« Ils sont allés trop loin dans la manière dont ils ont détenu, arrêté et menotté M. Ash-Moccasin », a indiqué le président de la Commission Brent Cotter dans un rapport d'enquête sur l'incident. Il précise toutefois que les policiers avaient le droit d'interpeller Simon Ash-Moccasin au moment où ils l'ont fait. Celui-ci a déposé une plainte contre la police municipale en décembre 2014, en soutenant qu'il avait été victime de profilage racial.

Interpellé de force par des policiers

Tout ça a commencé, il y a deux ans, lorsque Simon Ash-Moccasin a été interpellé par deux policiers au centre-ville de Regina. Ces derniers estimaient que sa description correspondait à celle d'un suspect qui était recherché au moment des faits, soit une personne issue des Premières Nations, portant du noir et tentant de vendre une télévision.

M. Ash-Moccasin a soutenu qu'il ne correspondait pas à cette description et a d'abord refusé de s'identifier aux policiers. Il a affirmé que ceux-ci l'auraient ensuite plaqué contre le mur, menotté et emmené de force au poste de police.

Simon Ash-Moccasin s'est montré peu coopératif lors de cet incident, a noté le président de la Commission qui a évalué que ce manque de coopération n'absolvait pas les deux policiers de leur usage de force.

Excuses policières

Le chef du service de police de Regina, Troy Hagen, indique qu'il a rencontré Simon Ash-Moccasin mercredi et qu'il s'est excusé. Lors d'un point de presse jeudi, il a noté que les deux agents auraient dû agir différemment et a promis que tous les policiers patrouilleurs recevront une formation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Autochtones