•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une disparition de 50 % des ressources de pêche autochtones

Photo de jeunes saumons.

Photo de jeunes saumons.

Photo : UBC

Radio-Canada

Les communautés autochtones présentes sur les côtes britanno-colombiennes pourraient voir les populations de poissons et crustacés divisées par deux d'ici à 2050, selon une étude de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) sur les effets du changement climatique.

« Le hareng et le saumon, deux espèces cruciales pour les Premières Nations des points de vue commercial, culturel et nutritionnel, sont aussi les plus menacés », affirme Lauren Weatherdon, coauteure de l'étude publiée dans le magazine scientifique américain PLOS ONE.

La chercheuse évalue les pertes économiques pour les communautés autochtones à entre 6,7 et 12 millions de dollars chaque année d'ici à 2050. Une centaine d'espèces de poissons et de crustacés seront affectées, d'après ses conclusions.

Leur potentielle disparition est attribuée au changement climatique et particulièrement au réchauffement des eaux, les poissons et crustacés risquant de quitter le Pacifique nord-ouest pour des mers plus froides vers le pôle. Ils se déplaceront de 10,3 à 18 km par décennie selon les émissions plus ou moins hautes de gaz à effet de serre.

Si toutes les communautés autochtones sont concernées, les Premières Nations Tsawwassen et Maa-nulth seront les plus sévèrement touchées, prévoit l'étude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie des pêches