•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gary Kobinger, 29e scientifique de l'année de Radio-Canada

Les précisions d’André Bernard

Le microbiologiste Gary Kobinger est nommé scientifique de l'année de Radio-Canada pour sa contribution à la lutte contre la maladie d'Ebola et à la mise au point d'un médicament et d'un vaccin contre ce virus.

Un texte d'Alain LabelleTwitterCourriel

Le scientifique, qui s'est dit « très honoré et très heureux » d'avoir été choisi, travaille depuis 2005 au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg de l'Agence de santé publique du Canada et à la faculté de médecine de l'Université du Manitoba.

À partir de juillet, il deviendra le directeur du Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval, à Québec, et espère bien continuer de collaborer avec le Laboratoire national.

Le travail de Gary Kobinger et de son équipe a pris un caractère urgent depuis les dernières années en raison du risque de bioterrorisme et de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest.

Gary Kobinger Photo : Radio-Canada/Découverte

Le traitement ZMapp

Ce dont le Dr Kobinger est le plus fier, c'est son rôle dans la mise au point d'un médicament contre le virus Ebola : le Zmap. Celui-ci est formé de trois anticorps spécifiques qui attaquent le virus. Deux d'entre eux proviennent du laboratoire de Winnipeg et un, d'une équipe de recherche américaine.

Il est actuellement testé en Afrique de l'Ouest et pourrait être disponible dès l'année prochaine. Le Zmap est efficace pour les gens qui présentent des symptômes de la maladie et pour qui la vaccination n'est plus une option.

Citation

Gary Kobinger sera reçu à l'émission Les années lumière dimanche à 13 h sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première. L'émission Découverte proposera un portrait du scientifique à 18 h 30 sur ICI Radio-Canada Télé.

Un vaccin « fabriqué au Canada »

Le vaccin rVSV-ZEBOV a été développé par l'Agence de santé publique du Canada, et il est maintenant produit par le laboratoire Merck. Il a été testé et reconnu efficace l'été dernier lors d'essais menés en Guinée. Il a devancé pas moins d'une douzaine d'autres candidats vaccins, y compris celui qui est élaboré par le gouvernement américain et GlaxoSmithKline.

Gary Kobinger Photo : Découverte

Le rVSV est un vaccin non conventionnel. En dépit de son nom complexe, il agit un peu comme un microbe « aimable » qui a emprunté les vêtements du virus de l'Ebola sans cependant contenir le virus. Il ne peut donc pas causer la maladie à virus Ebola, mais il arrive à tromper le corps de la personne vaccinée et le stimule pour produire une défense immunitaire contre le virus. Ainsi, si l'individu vacciné se trouve en contact avec le vrai virus Ebola, ses défenses seront déjà prêtes et il se débarrassera du virus sans tomber malade.

Les effets secondaires observés sont à peu près les mêmes que pour les autres vaccins : de la fièvre ou des frissons, de la fatigue, des douleurs aux muscles ou des maux de tête. Certaines personnes vaccinées ont aussi eu des douleurs aux articulations qui n'ont en général pas duré plus que quelques jours.

Le titre de Scientifique de l'année de Radio-Canada est remis à une personnalité ou à une équipe qui, au cours de l'année écoulée, s'est illustrée par une découverte, une publication ou une réalisation remarquable. Décerné pour la première fois en 1987, le prix en est à sa 29e année d'existence.

Manitoba

Science