•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

French’s utilisera les tomates de Leamington dans son ketchup

Des tomates cultivées en serre

Des tomates cultivées en serre

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les tomates cultivées à Leamington serviront de nouveau à faire du ketchup, plus d'un an et demi après la fermeture de l'usine Heinz.

La compagnie French's, plus connue pour sa moutarde, produit aussi du ketchup. Les produits canadiens seront désormais faits avec des tomates de Leamington et Chatham-Kent.

C'est un modèle simple qui est d'obtenir les meilleurs ingrédients possibles et devinez quoi? Vous avez de bonnes tomates dans le sud-ouest de l'Ontario.

Une citation de : Elliott Penner, French's

Les tomates seront transformées en pâte chez Highbury Canco qui a repris les rênes de l'usine Heinz de Leamington après sa fermeture en juin 2014.

Selon son PDG Sam Diab, Highbury Canco s'affaire déjà à embaucher 80 travailleurs.

Le nombre d'employés chez Highburry Canco augmentera à 400, ce qui correspond à un peu plus du deux tiers des travailleurs employés auparavant par Heinz.

L'optimisme renaît chez les producteurs

Certains producteurs, comme Bill Rhodes, pourront aussi recommencer à cultiver la tomate.

L'agriculteur Bill Rhodes a dû arrêter de cultiver des tomates après la fermeture de l'usine Heinz.

Faire pousser des tomates demande beaucoup de travail, mais je n'ai pas vendu mon matériel, en espérant que quelqu'un d'autre se lancerait.

Une citation de : Bill Rhodes, producteur de tomates à Chatham

Son voeu a donc été exaucé et avec la commande de French's, il pourra reprendre la culture de la tomate. Selon lui, cette activité est intensive, mais payante. Elle peut rapporter jusqu'à 5000 $ par acre.

Des exportations possibles vers les États-Unis

French envisage aussi d'utiliser la pâte de tomates dans ses produits américains. 

Elle le fait déjà avec sa moutarde. La compagnie travaille essentiellement avec des agriculteurs canadiens pour la production de ces produits qui sont aussi vendus aux États-Unis. 

Originaire de Cambridge en Ontario, le président de French, Elliot Penner, est attaché à la région et vante la qualité des produits canadiens.

French essaie donc actuellement de trouver un modèle d'affaires qui permettrait d'exporter la pâte de tomate de Leamington à l'échelle internationale.

Si le projet se concrétise, la production de pâte de tomate à l'usine de Leamington doublera et une quizaine de producteurs de tomates supplémentaires devront être embauchés.

La pâte serait ensuite envoyée à Toronto et en Ohio pour être transformée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !