•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charlie Hebdo : une récente caricature jugée « répugnante » par Tima Kurdi

Caricature controversée du dessinateur Riss de Charlie Hebdo.

Caricature controversée du dessinateur Riss de Charlie Hebdo.

Photo : Charlie Hebdo

Radio-Canada

La tante du petit Syrien retrouvé noyé sur une plage turque en septembre a qualifié l'une des dernières caricatures du journal satirique Charlie Hebdo de « répugnante ». Le dessin suggère que si le petit Alan avait grandi, il serait devenu un agresseur sexuel comme ceux de Cologne, en Allemagne, durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

« Je souhaite que les gens respectent la douleur de notre famille », commente Tima Kurdi, depuis son domicile de Port-Coquitlam en Colombie-Britannique. « C'est une perte énorme pour nous. Nous ne sommes plus les mêmes depuis cette tragédie. On essaie d'oublier et d'avancer, mais nous avons toujours aussi mal. »

La famille Kurdi est devenue tristement célèbre lorsque la photo du corps sans vie du petit Alan a fait le tour du monde il y a quelques mois. L'enfant de trois ans est mort avec son frère de cinq ans, Ghalib, et leur mère, Rehanna, lors d'une traversée entre la Turquie et la Grèce. L'affaire a eu une résonnance particulière au pays lorsqu'il a été révélé que le père d'Alan, Abdullah, avait participé au voyage après que la demande de réfugié de son frère Mohammed eut été refusée par les autorités canadiennes.

« C'est leur droit »

Tima Kurdi estime que la caricature du dessinateur Riss est « injuste ». Elle fait référence à la vague d'agressions sexuelles survenues en Allemagne, et particulièrement à Cologne, la nuit du 31 décembre. Plus de 600 plaintes ont été déposées dont une grande partie concerne des réfugiés.

« J'espère que [les dessinateurs de Charlie Hebdo] ne recommenceront pas, mais tout le monde a le droit d'avoir son opinion. Ils aiment exprimer leurs sentiments, ils l'ont déjà fait avant », ajoute-t-elle, conseillant tout simplement d'ignorer ce dessin.

Or, sur la Toile, et particulièrement sur Twitter, beaucoup d'internautes sont outrés. Le mot dièse #JeNeSuisPasCharlie (Nouvelle fenêtre) a notamment émergé rapidement et se propage depuis quelques heures.

Ce n'est pas la première fois que Charlie Hebdo crée la polémique avec une référence à la famille Kurdi. L'année dernière, l'une des couvertures du journal signé Riss avait présenté la silhouette bien reconnaissable du petit Aylan, échoué sur la plage. Derrière lui, un panneau publicitaire McDonald's « Deux menus enfants pour le prix d'un » et une légende : « si près du but ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Médias