•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Basse-Côte-Nord, isolée en moyenne 313 jours par année

La route blanche près de Natashquan
La route blanche près de Natashquan Photo: Marie-France Abastado

Depuis 1999, la Route blanche, qui relie les villages en Basse-Côte-Nord, n'ouvre en entier que 52 jours par année en moyenne. Le reste du temps, les villages de Kegaska à Blanc-Sablon sont inaccessibles par voie terrestre.

Un texte de Roxanne SimardTwitterCourriel

Cette route, qui ne peut être utilisée qu'en hiver, est une longue piste de motoneige balisée de près de 325 kilomètres de Kegaska à Vieux-Fort.

Route blanche, en Basse-Côte-NordRoute blanche, en Basse-Côte-Nord Photo : ICI Radio-Canada

Depuis le début de la saison 2015-2016 la route n'a pas encore été ouverte en entier. Toutefois, la situation ne semble pas sortir de l'ordinaire pour le ministère des Transports du Québec, qui entretient cette route. L'an dernier, la Route blanche a été accessible sur toute sa longueur le 4 février 2015.

La situation présentement de la Route blanche n'est pas exceptionnelle, parce que ça se compare aux dernières années.

Caroline Rondeau, conseillère en communications au ministère des Transports du Québec, direction Côte-Nord.

Le tronçon reliant Saint-Augustin à l'Aéroport de Saint-Augustin était le seul à être ouvert cette saison. En raison du déferlement de vagues, il est fermé depuis lundi. 

Nombre de jours d'ouverture de la Route blanche depuis 2010 : 

  • 2014-2015 : 59 jours
  • 2013-2014 : 71 jours
  • 2012-2013 : 41 jours
  • 2011-2012: aucune ouverture complète
  • 2010-2011 : 15 jours

Mécontentement

En Basse-Côte-Nord, le prolongement de la route 138 se fait attendre. Pour les habitants, cette route est indispensable pour assurer la survie des villages.

Au printemps 2015, le gouvernement du Québec a annoncé un investissement de 232 millions de dollars pour ce projet, mais les travaux n'ont pas encore commencé. Le maire de Gros-Mécatina, Randy Jones, s'insurge devant cette situation.


À écouter : Entrevue avec Randy Jones à Bonjour la côte sur les écoliers de la Basse-Côte-Nord, pénalisés par l'absence de la Route blanche.

Est du Québec

Société