•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une girafe préhistorique reconstituée

Sivatherium giganteum
Photo: Royal Veterinary College
Radio-Canada

Une reconstruction numérique 3D laisse à penser qu'une espèce de girafe préhistorique, qui s'est éteinte il y a environ 10 000 ans, aurait été le plus grand ruminant à fouler le sol terrestre.

Un texte d'Alain LabelleTwitterCourriel

Ces découvreurs du 19e siècle décrivaient le Sivatherium giganteum comme une girafe à trompe de la taille d'un éléphant et la qualifiaient de chaînon manquant entre les éléphants, les rhinocéros, et les antilopes.

Le premier fossile du Sivatherium a été découvert par le géologiste écossais Hugh Falconer lors d'une expédition au Siwalik indien dans les années 1830.

Dans l'article scientifique publié en 1836, le scientifique décrivait la bête comme un orignal ayant un crâne de la taille d'un éléphant muni également d'une trompe.

Une reconstruction numérique 3D réalisée à partir de 23 os de son squelette montre que l'animal était bien gigantesque, mais pas aussi imposant qu'un éléphant. Il n'avait d'ailleurs pas de trompe.

Sivatherium Giganteum

Le chercheur Christopher Basu, de la Royal Veterinary College au Royaume-Uni, affirme que le travail de description manquait de précision, particulièrement au sujet de la taille.

Selon lui, l'animal de plus d'une tomme avait des pattes courtes et trapues, un cou presque court et des sortes de bois aplatis en éventail sur la tête. Il mesurait 1,80 mètre à l'épaule et était certainement de la famille des giraffidés. 

Nous pensons que les mâles adultes étaient plus grands, sans savoir à quel point. [...]C'était un animal lourd avec des jambes épaisses et quatre cornes sur la tête.

Christopher Basu

Cette bête serait apparue il y a plus d'un million d'années en Afrique et en Asie. Les girafes actuelles, connues pour leur long cou et leurs jambes élancées, auraient développé ces attributs il ya environ 7,5 millions d'années.

Le détail de ces travaux est publié dans les Biology Letters.

 

Avec les informations de Agence France-Presse

Science