•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta souhaite trouver un accord sur l'agrandissement du pipeline Trans Mountain

Rachel Notley
Rachel Notley Photo: ICI RADIO-CANADA
Radio-Canada

La première ministre de l'Alberta s'est montrée confiante quant à la possibilité de parvenir à un accord avec le gouvernement de la Colombie-Britannique sur l'agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Lors d'une conférence de presse mardi, Rachel Notley a déclaré soutenir fermement le projet, malgré le désaccord notoire qui existe entre la province et la Colombie-Britannique.

Je vais continuer à discuter avec mon homologue de la Colombie-Britannique jusqu'à ce que la porte soit fermée. Des obstacles persistent dans nos discussions, mais la possibilité de parvenir à un accord rapidement est toujours d'actualité.

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Lundi, la ministre de l'Environnement de la Colombie-Britannique, Mary Polak, a recommandé à l'Office national de l'énergie (ONÉ) de rejeter le projet de Kinder Morgan qui veut doubler la taille de son oléoduc Trans Mountain entre l'Alberta et la Colombie-Britannique.

Dans un rapport écrit à l'ONÉ, le gouvernement de la Colombie-Britannique, explique que le promoteur du pipeline, Kinder Morgan, n'a pas fourni un plan adéquat pour prévenir ni répondre à un déversement de pétrole.

Mardi, en réaction à cette déclaration, la première ministre de l'Alberta a donné des éléments venant appuyer la viabilité du pipeline de Kinder Morgan.

Le pétrole et le gaz ne sont pas seulement des ressources économiques importantes pour l'Alberta, c'est aussi une ressource économique importante pour tous les Canadiens. Vous ne pouvez pas simplement fermer le robinet et marcher loin de lui.

Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Si l'agrandissement est approuvé par Ottawa, le futur pipeline Trans Mountain acheminerait trois fois plus de pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta vers un terminal maritime de Burnaby.

Le projet de 6,8 milliards de dollars est toujours entre les mains de L'Office national de l'énergie qui doit présenter ses recommandations au gouvernement fédéral en mai.

Alberta

Économie