•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS participe à l'implantation de services de sages-femmes en Abitibi-Témiscamingue

Une sage-femme examine une femme qui accouche à la maison.

Une sage-femme examine une femme qui accouche à la maison.

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et services sociaux participe activement à l'implantation de services de sages-femmes en Abitibi-Témiscamingue en 2016. Une rencontre est prévue avec le groupe Objectif sages-femmes Abitibi-Témiscamingue le 20 janvier.

Le dossier « sage-femme » a d'ailleurs été ajouté aux responsabilités de Mario Racette, directeur adjoint au programme jeunesse- obstétrique, pédiatrie, maternité et sages femmes. Pour lui, cette première rencontre permettra de jeter les bases d'un projet plus concret.

« Il faut se questionner sur quelle sera la façon d'intégrer les pratiques de sage-femme, indique M. Racette, parce qu'il y a différentes façons. Il y a effectivement les maisons de naissance, mais on n'exclut pas non plus la pratique de la sage-femme en milieu hospitalier. Il s'agira de voir quelle sera la façon la plus efficace, la plus efficiente dans les différentes opportunités que nous avons. »

Le groupe Objectif sages-femmes, fondé il y a un peu plus d'un an, se réjouit de cette ouverture du CISSS. Le groupe s'est donné comme objectif d'avoir accès à des sages-femmes en Abitibi-Témiscamingue d'ici 2018. L'une des membres, Sophie Richard-Ferderber, voit un engouement pour le projet.

« Depuis qu'on s'est annoncé comme groupe [...] il y a au moins 4 ou 5 filles qui nous ont joints en disant soit : "J'étudie pour être sage-femme présentement" ou "Je viens de l'Abitibi et j'aimerais revenir pratiquer pour être sage-femme" ou "J'aimerais m'orienter là-dedans, mais j'ai peur de ne pas avoir d'opportunité de travail en région" », cite-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé