•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Énergie Saguenay : une quinzaine de demandes d’évaluation environnementale déposées  

Le port de Grande-Anse

Le port de Grande-Anse

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des organismes et des citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean demandent formellement à l'Agence canadienne d'évaluation environnementale d'étudier plus en profondeur le projet Énergie Saguenay de GNL Québec.

Un texte de Vicky BoutinTwitterCourriel

La société souhaite construire et exploiter un terminal de liquéfaction et d'exportation de gaz naturel aux installations de Port Saguenay, dans l'arrondissement de La Baie. Le projet représente des investissements de 7 milliards de dollars.

Les installations permettraient de réfrigérer le gaz naturel jusqu'à ce qu'il atteigne sa forme liquide, à -162 degrés Celsius. Le terminal comprendrait des équipements de réfrigération et d'entreposage ainsi qu'une jetée portuaire pour le chargement du gaz naturel liquéfié dans les navires-citernes.

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale avait invité les citoyens et les groupes concernés à soumettre leurs préoccupations en décembre. L'Agence a finalement reçu 15 commentaires du public.

Parmi ceux-ci, on retrouve plusieurs groupes et collectifs qui défendent la cause environnementale : Eurêko, l'Organisme du bassin versant du Saguenay, Stratégies Saint-Laurent, le Collectif de l'Anse-à-Pelletier et Saguenay en transition.

Augmentation du trafic maritime

Stratégies Saint-Laurent demande des audiences environnementales ainsi que des audiences publiques. Dans le document soumis à l'Agence et dont Radio-Canada a obtenu copie, l'organisme dit s'inquiéter de l'achalandage maritime qui sera provoqué par ces installations et par les risques de déversement.

« [...] un déversement de telles substances dans un milieu fragile comme celui de Saguenay serait une catastrophe écologique sans précédent », est-il écrit dans le document de Stratégies Saint-Laurent.

Eurêko se dit également préoccupé par l'impact environnemental d'un tel projet. L'organisme demande une étude plus poussée.

« Avant qu'un tel projet aille de l'avant, il devrait impérativement avoir fait l'objet d'une évaluation environnementale rigoureuse et complète [...] », souligne Eurêko.

Le Collectif de l'anse à Pelletier, qui regroupe les résidents de ce petit secteur situé entre Saint-Fulgence et Sainte-Rose-du-Nord, s'inquiète aussi des risques liés au projet Énergie Saguenay.

Les questions touchant la sécurité et les risques de fuite dans l'environnement sont au cœur de leurs préoccupations.

Dans le document déposé à l'Agence canadienne d'évaluation environnementale, le Collectif de l'anse à Pelletier rappelle d'entrée de jeu les engagements pris lors du Sommet de Paris sur les changements climatiques. Le groupe affirme que « tout projet qui pourrait entraîner une hausse de l'exploitation des hydrocarbures devient contradictoire à cet objectif ».

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale a jusqu'au 17 janvier pour décider si un examen plus approfondi du projet sera exigé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !