•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget au N.-B. : l'éducation et la santé seront préservées, selon Brian Gallant

Le premier ministre du N.-B.  Brian Gallant lors d'un point de presse à Saint-Jean, lundi matin

Le premier ministre du N.-B. Brian Gallant lors d'un point de presse à Saint-Jean, lundi matin

Photo : Ici Radio-Canada/Marie-Hélène Lange

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À trois semaines du dépôt du budget provincial, au Nouveau-Brunswick, le premier ministre Brian Gallant affirme que les domaines de la santé et de l'éducation seront préservés des mesures que s'apprête à prendre son gouvernement pour rétablir l'équilibre budgétaire.

Un texte de Louis MillsTwitterCourriel

Des membres du gouvernement Gallant ont affirmé à maintes reprises que « tout est sur la table » dans le cadre de l'exercice de révision des programmes auquel se livre le gouvernement depuis plus d'un an pour trouver des économies ou des revenus additionnels d'environ 600 millions de dollars.

Mais de passage à Saint-Jean lundi, Brian Gallant a semblé retirer de la table la santé et l'éducation, deux secteurs essentiels au bien-être des Néo-Brunswickois et à la prospérité future de la province, selon lui.

« Vous allez voir lors du budget que l'éducation et la santé ont été protégées. Je pense que c'est évident que les gens veulent qu'on investisse de façon stratégique dans l'éducation et la santé, et je pense c'est évident que les experts nous disent que c'est important aussi », a déclaré le premier ministre.

Pas plus tard que vendredi dernier, le gouvernement Gallant rappelait que des coupes en éducation et la fermeture de 6 à 10 hôpitaux ou leur conversion en centres de santé communautaires faisaient partie des mesures envisagées.

En voulant protéger la santé et l'éducation, le gouvernement Gallant met à l'avant scène d'autres mesures envisagées, comme une hausse de 13 à 15 % de la Taxe de vente harmonisée. Les représentants gouvernementaux n'ont pas voulu dire clairement, lundi, si cette mesure était dorénavant privilégiée.

Les consultations de la dernière chance

La déclaration du premier ministre survient au moment où son gouvernement entame une ultime tournée de consultations à travers la province avant d'arrêter les dernières décisions qui seront annoncées dans le budget du 2 février.

La première séance de cette tournée a lieu lundi soir à Bouctouche.

En entrevue à l'émission Le Réveil du Nouveau-Brunswick, le ministre responsable de la révision des programmes, Victor Boudreau, a nié que les décisions soient déjà prises comme l'affirment des partis d'opposition et que cette tournée se résume à un exercice de relations publiques.

« Les grosses décisions, les décisions que l'on retrouve dans le rapport sur les choix, n'ont pas encore été prises de façon définitive [...]. Nous voulons donner la chance au public d'avoir un dernier mot sur les choix qui ont été présentés dans le rapport », a-t-il affirmé.

Les séances de consultation vont se poursuivre jusqu'au 21 janvier, à Bathurst.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie