•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le krill arctique se fait de plus en plus rare dans le Saint-Laurent

Le krill arctique se fait de plus en plus rare dans le Saint-Laurent
Radio-Canada

Le krill arctique, cette espèce dont les baleines raffolent, diminue d'année en année dans le fleuve Saint-Laurent. C'est ce qu'a remarqué un chercheur de l'Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli.

Un texte de Roxanne SimardTwitterCourriel

Selon Ian McQuinn, ce phénomène pourrait être lié au rétablissement de la population du sébaste dans l'estuaire et l'ouest du golfe du Saint-Laurent.

Le chercheur Ian McQuinn de l'Institut Maurice-LamontagneLe chercheur Ian McQuinn de l'Institut Maurice-Lamontagne Photo : ICI Radio-Canada/JF Deschênes

Comme le krill arctique vit à la même profondeur que ce poisson de fond, soit entre 100 et 150 mètres. Le chercheur croit qu'il pourrait y avoir une compétition entre les deux espèces.

Il est encore trop tôt pour parler de prédation d'après Ian McQuinn, mais il faut surveiller cette tendance de très près. La diminution du krill pourrait avoir des impacts sur la population de baleines bleues qui se nourrissent de ce minuscule crustacé.

Si ça couvre un territoire important, ça veut dire que l'habitat du rorqual bleu va diminuer.

Ian McQuinn, chercheur de l'Institut Maurice-Lamontagne
Une baleine bleueUne grande baleine bleue, aussi appelé rorqual bleu (archives) Photo : Véronique Lesage/Pêches et Océans Canada

La diminution du krill arctique peut aussi s'expliquer par un cycle naturel. Le réchauffement ou les changements climatiques, par exemple, peuvent nuire aux courants, ce qui a un impact sur le déplacement du krill et sur son accumulation dans des endroits propices pour l'alimentation.

Ça préoccupe beaucoup les chercheurs.

Ian McQuinn, chercheur de l'Institut Maurice-Lamontagne
Espèces de krillEspèces de krill Photo : Pêches et Océans Canada

D'après les informations de Jean-François Deschênes.

Bas-Saint-Laurent

Science