•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le retard de la pêche aux poulamons entraîne des pertes estimées à 1,5 M$

Des poulamons à Sainte-Anne-de-la-Pérade.
Des poulamons à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Photo: Patricia Sauzède-Bilodeau / Radio-Canada
La Presse canadienne

Le retard de treize jours de la pêche aux poulamons sur la rivière Sainte-Anne, en Mauricie, provoquera des pertes économiques d'environ 1,5 million de dollars.

Traditionnellement lancée le 26 décembre, la pêche aux petits poissons des chenaux a finalement débuté vendredi, alors qu'une soixantaine de chalets ont pu être érigés sur la rivière, à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Le couvert de glace a atteint 30 centimètres, ce qui rend le cours d'eau sécuritaire pour les pêcheurs et visiteurs.

Le village de pêche devrait être complété la semaine prochaine.

Les retombées économiques sont évaluées à plus de 5 millions de dollars pour la région, et entre 80 000 et 100 000 visiteurs se rendent habituellement sur les lieux. Mais le retard de cette année, imputable au temps doux de décembre, fait en sorte que les chiffres doivent être revus à la baisse.

La pêche aux poulamons se déroule jusqu'à la mi-février.

Industrie des pêches

Société